Select Page

Les innocents

Article écrit par

Le réalisateur casse les codes de l’enfance douce et innocente.

Un petit garçon aux étranges pouvoirs

Après son travail de scénariste des films de Joachim Trier et son premier film Blind : un rêve éveillé (2014) révélé à Sundance et à la Berlinale, Eskil Vogt revient avec un deuxième long métrage terrifiant. Ici le « vert paradis » cher à Baudelaire marche un peu de guingois et l’on sort de ce film à la lisière du monstrueux pas mal amoché. Le film commence par l’emménagement d’un jeune couple dans un immeuble à la lisière d’une forêt en Norvège. Il paraît que ce genre d’habitation y est monnaie courante. Le couple, tout absorbé par le souci du déménagement, a deux filles, dont la plus âgée est atteinte d’un genre d’autisme régressif qui la rend vulnérable. La mère s’en occupe alors que la petite sœur rechigne à l’accompagner lorsqu’elle part jouer au bas de leur immeuble, jusqu’au jour où elle rencontre d’autres enfants, dont un petit garçon qui semble posséder d’étranges pouvoirs. Le film bascule alors de la description quasi sociologique d’un couple petit-bourgeois sans histoire à celle d’une inquiétante étrangeté qui au fil d’une machinerie bien huilée va crescendo.

La vie secrète des enfants

Il faut dire que le réalisateur possède le don particulier de distiller l’inquiétude et, surtout, d’observer le petit monde des enfants qui n’est pas si tranquille et innocent qu’il n’y paraît. D’où le titre du film qui doit peut-être compris comme une antiphrase. En effet, les enfants, ces futurs adultes, sont-ils finalement aussi innocents que ça ? « Le film vient de ma fascination à observer les enfants, déclare le réalisateur dans le dossier de presse du film, surtout quand ils ignorent qu’on les regarde ; par exemple, quand on vient les chercher à l’école et qu’ils ne nous ont pas encore vus ; ils sont alors très différents de quand ils sont avec nous – ils ont une vie secrète. Je me suis dit que c’était un espace stimulant. » En effet, il a bien su capter cette petite différence en décrivant dans son film un petit groupe de quatre enfants qui vivent à la fois intégrés dans leur famille plus ou moins protectrice et au-dehors lorsqu’ils expérimentent des jeux qui peuvent être dangereux. La qualité primordiale de ce film est de générer une angoisse sourde sans jamais donner les codes d’interprétation du scénario si bien qu’on ne saura jamais exactement de quoi il en retourne, notamment et surtout avec les supposés pouvoirs que le jeune garçon transmet aux autres enfants, et la réceptivité de la jeune autiste au paroxysme de la sensibilité comme le sont souvent ces enfants-là.

Revenir à nos propres souvenirs d’enfance

« On a tendance à se souvenir de l’enfance avec nostalgie, confie encore le réalisateur, comme si c’était une époque toujours heureuse, mais c’est également une époque effrayante où l’on fait face à l’inconnu ; on ignore alors tant de choses tout en ayant une imagination foisonnante. Ces sentiments sont réels, je n’ai jamais eu aussi peur que lorsque j’étais enfant. » Et effectivement le film retranscrit précisément toutes ces sensations de peurs enfantines, allant même jusqu’à casser les codes de l’enfance comme havre de paix et de gentillesse. Puisqu’on le sait depuis Freud, et même avant, que l’enfant est cruel, voire parfois criminel envers les animaux sur lesquels il exprime sa volonté de puissance. Avec ces images d’une grande froideur malgré des couleurs chaudes, dues à Sturla Brandth Grøvlen, le film est aussi inquiétant que ceux de ses prédécesseurs qui ont aussi marqué les esprits, comme lEsprit de la Ruche de Victor Erice (1973) ou encore Ponette de Jacques Doillon (1996). Ce film dérange, et c’est de volonté délibérée. « Mais ce qui me satisferait le plus, c’est qu’après la projection, les gens parlent de la magie de leur enfance. J’aimerais qu’ils parlent d’eux enfants, de leurs expériences avec les limites du bien et du mal – presque tout le monde a ce type de souvenir. J’aimerais que le film ravive les souvenirs d’enfance enfouis et permette à certains de les vivre à nouveau. »

 

Titre original : De uskyldige

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre : ,

Pays : ,

Durée : 117 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.