Select Page

Le grand alibi

Article écrit par

Quoi de mieux qu´un roman d´Agatha Christie pour entamer une nouvelle partie de Cluedo au cinéma ? En maître du jeu, Pascal Bonitzer a élu « Le grand alibi » pour scénario, adaptation de « The Hollow », intrigue mi-policière mi-sentimentale.

8 femmes tour à tour étaient suspectes, dans le huis-clos éponyme de François Ozon. De nouveau, chez Pascal Bonitzer, huit meurtriers potentiels gravitent autour du corps d’un homme. Huit pions et une seule arme. L’affiche du dessinateur Floc’h résume la situation. Celui à qui l’on doit les affiches de On connaît la chanson d’Alain Resnais ou encore, d’Harry dans tous ses états de Woody Allen, certifie l’identité « cluedo » du Grand alibi. Mais qui a tué Pierre Collier (alias Lambert Wilson)? Un matin, son cadavre est retrouvé près de la piscine. A ses côtés, son épouse (Anne Consigny), qui tient une arme, et sa maîtresse (Valeria Bruni Tedeschi), qui la lui arrache des mains. La suspecte flagrante est bientôt innocentée. Les soupçons circulent alors de personnage en personnage…

Pascal Bonitzer, dont c’est le premier film de commande, a tenu à « franciser » le scénario. L’histoire se déroule à notre époque, non loin de Paris, dans une famille aisée. Henri Pages (Pierre Arditi), est sénateur et grand amateur d’armes à feu. Lui et son épouse Eliane (Miou-Miou), aiment à organiser des week-ends dans leur luxueuse demeure campagnarde. Les codes du genre semblent respectés : un manoir, une pléiade de personnages ambigus, et une bande-son violonante. Coups de feu et portes qui claquent assurent le rythme entre les séquences. Le montage peut bien se vanter d’effets recherchés, le rythme s’essouffle tout aussi rapidement. Passées les premières minutes de l’enquête, le film semble se diluer dans les dialogues et les histoires d’amour. La tension créée est trop faible pour attiser la curiosité et l’esprit « cluedo ».

Seules les joutes verbales échangées par les personnages provoquent l’intérêt. Le duo Miou-Miou / Arditti impulse avec délice le ton cynique de l’histoire. Leurs querelles de vieux couple parvient, parfois, à faire basculer le film dans la théâtralité (la scène de la chambre à coucher aurait parfaitement été transposable sur les planches). Malgré des répliques aussi claquantes que les transitions, l’attention a du mal à suivre. Le mystère autour de chaque suspect aurait mérité de s’attarder un peu plus. Le personnage de Pierre Arditi a beau surnommer affectueusement ses revolvers, sa personnalité n’en reste pas moins ébauchée. Le grand alibi n’a rien à voir avec son homonyme hitchcockien. « Le titre s’est imposé à moi, car c’est le paradoxe même sur quoi le film se fonde » explique Pascal Bonitzer. Paradoxe dont sont habités les personnages et les suspicions successives dont ils font l’objet.

Le film se range à la suite des précédentes adaptations cinématographiques françaises d’Agatha Christie, dont la dernière en date, L’heure zéro de Pascal Thomas. Davantage excuse scénaristique pour faire se rejoindre une équipe d’acteurs de renom, le suspense tant attendu et la mise en haleine peinent généralement à s’imposer.

Titre original : Le Grand alibi

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 93 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Revoir Pabst

Revoir Pabst

G.W.Pabst aura inspiré deux mythes, celui de « la Divine », Greta Garbo et « Loulou », Louise Brooks, sa muse cinématographique, mais il reste un réalisateur torturé par le traumatisme de la guerre, cette blessure de l’âme
qui refuse de cicatriser…Gros plan sur deux oeuvres majeures et la version allemande de « l’opéra de quatre sous ».

J’ai perdu mon corps

J’ai perdu mon corps

Jérémy Clapin signe un premier long-métrage qui emprunte au western urbain, au thriller, mais aussi empreint de romantisme, mêlant temporalités et souvenirs par un travail intelligent des images, des sons et des formes.

Quand passent les cigognes

Quand passent les cigognes

« Quand passent les cigognes » est une allégorie de la guerre. Boris et Veronika transcendent leur amour dans un vertige mutuel à faire « pleurer dans les datchas » même si « Moscou ne croît pas aux larmes ». Mikhaïl Kalatozov délivre ici un manifeste pacifiste au romantisme dévastateur. En version restaurée 4K.