Select Page

La nuée

Article écrit par

Une fable sociale qui flirte avec le fantastique; une première œuvre prometteuse.

Vert pâle

En matière d’écologie, un grand nombre d’observateurs se rejoignent pour nous prédire un avenir très sombre si des changements radicaux n’interviennent pas dans nos modes de consommation. Notamment de fortes  pénuries alimentaires. Partant de là, l’élevage de sauterelles mis en place par Virginie œuvre à la réduction  d’aliments carnés, cause de bien des maux environnementaux. Voila un projet qui a de la gueule sur le papier et qui a de quoi rassurer les « bien-pensants » qui érige l’écologie en modèle vertueux. Just Philippot ne prétend pas contester l’idée d’un changement de modèle mais il a l’intelligence de remettre la nature humaine au centre du sujet. Quelles que  soient les bonnes intentions de Virginie, pour assurer la survie financière de sa petite famille, elle n’hésitera pas à donner  de son sang et à sacrifier ses animaux domestiques pour doper ses petites sauterelles.

Ici, la dialectique n’est pas traitée de façon manichéenne, car il n’ y pas réellement un avant et un après, qui justifierait un changement radical dans la personnalité de la mère de famille. En grande partie grâce à la prestation  de Suliane Brahim qui sous pression zigzague entre ambition et désespoir, tout en étant constamment à fleur de peau. Ses zones d’ombre éclairent la situation. Son énergie électrise l’atmosphère, jusqu’à l’électrocution finale. Autour de Virginie, même si certains partenaires  paraissent patibulaires, ils sont loin d’être aussi monstrueux que prévus.

Hybridation réussie

Argument commercial oblige, la bande annonce laisse augurée une plongée en apnée dans les abimes du fantastique, tendance organique et gore. Focalisation sur les insectes, la contamination par les pores, par le sang; le parallèle avec le cinéma de David Cronenberg et plus récemment celui de Julia Ducournau frappe régulièrement à la porte. Sans atteindre  pour autant les sommets du spectaculaire et de l’effroi; faute de moyens pour les effets spéciaux, mais surtout  animé  par le désir de garder l’équilibre, Philippot développe un regard beaucoup plus terrien sur le sujet, qui accorde une part importante au portrait social. Depuis Petit Paysan, le cinéma prend en compte le désarroi d’un monde agricole qui, poussé dans ses retranchements par les lois du marché, ne peut pas s’en sortir en gardant intactes sa lucidité et ses valeurs. Ce quotidien infernal dans lequel ce petit monde patauge rend l’angoisse du futur encore plus palpable. Le cauchemar ne fait que commencer.

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Genre : ,

Pays :

Durée : 101 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.