Select Page

La Fille inconnue

Article écrit par

Toujours habités par la même fibre sociale, les frères Dardenne souffrent, avec « La Fille inconnue », d’un cruel manque d´inspiration.

Jenny (Adèle Haenel), médecin généraliste débutant, refuse d’ouvrir sa porte à un patient qui se présente à son cabinet une heure après la fin des consultations. Le lendemain, la police lui apprend que cette personne, une jeune femme, a été retrouvée morte peu de temps après. Rongée par le sentiment de culpabilité, Jenny va mener, en parallèle de la police, sa propre enquête afin de retrouver l’identité de la victime. Même s’ils ont su faire évoluer leur approche, les frères Dardenne n’ont de cesse, depuis leur deuxième long métrage, Je pense à vous (1992), de travailler inlassablement les mêmes motifs, les mêmes thèmes à l’intérieur de leur œuvre. La Fille inconnue s’inscrit dans cette continuité. L’enquête prend ici la forme d’une quête personnelle dans laquelle l’héroïne va révéler une lucidité et des valeurs insoupçonnés jusque-là. Son périple sera l’occasion de diriger notre regard vers une frange de la population que la société a l’habitude de qualifier pudiquement de «  oubliés du système ». Si la rhétorique des Dardenne a pu donner naissance à de belles réussites, comme notamment Rosetta (1999) et Le Silence de Lorna (2008), ce n’est malheureusement pas le cas de ce dernier opus, où la mécanique semble grippée par un manque de souffle et d’inspiration.

  

 
  
L’incipit, une scène d’auscultation, ne laisse aucun doute sur l’importance que les réalisateurs entendent accorder à leur héroïne. Durant un long plan-séquence, alors que seul le dos du patient nous est révélé, et que Julien (Olivier Bonnaud), le stagiaire de Jenny, est placé en retrait, toute l’attention est portée sur la précision des gestes de la jeune doctoresse, sur sa conscience professionnelle et son assurance. Le portrait de Jenny, et plus précisément sa rédemption, deviennent un enjeu majeur du récit. Mais cet axe est ostensiblement souligné par la mise en scène, et ce au détriment de l’arrière-plan humain et social. Ainsi, durant les récurrentes scènes de consultation médicale ou d’enquête, la caméra reste trop souvent figée sur les émotions de la jeune femme plutôt que sur les visages de ses interlocuteurs. En guise de peinture sociale, les Dardenne se limitent à un inventaire systématique, où se succèdent : un diabétique obèse dans l’impossibilité de se déplacer pour gérer ses problèmes domestiques, un immigré blessé en situation irrégulière, des personnes âgées dépendantes… Chaque situation servant à démontrer l’humanité naissante de la jeune femme, soulignée entre autres par les multiples moments de partage avec ses patients autour de gaufres, café, gâteaux préparés spécialement à son intention. Seuls deux personnages sont dotés d’un supplément d’épaisseur. Le père de Bryan (Jérémie Renier) et le fils Lambert (Olivier Gourmet), les deux acteurs disposant chacun d’une « grande » scène rappelant leurs prestations antérieures dans l’univers des frères Dardenne.

 

 

Une des qualités habituelles du cinéma des réalisateurs belges réside dans la tension qu’ils réussissent à insuffler à leurs desseins. Les environnements dans lesquels sont immergés leurs récits y contribuent grandement. Des zones isolées et oubliées, des lieux peu hospitaliers, voire glauques, qui exacerbent le sentiment d’inquiétude des protagonistes. La Fille inconnue a été tourné dans la ville industrielle de Seraing, en Belgique. Si l’on retrouve la topographie « dardennienne » (boulevards périphériques, parking en bordure de voie rapide), la mise en scène ne semble pas vouloir exploiter l’impact de ce type d’environnement. Cela est dû en partie au choix d’une photographie relativement douce et lumineuse qui aseptise les lieux visités. Par ailleurs, l’intrigue policière, qui aurait pu nous maintenir en haleine, n’est pas assez tenue pour que l’on s’y intéresse vraiment, et ce ne sont pas les prévisibles rebondissements qui permettront de relancer la mécanique. C’est probablement ce constat qui a conduit les réalisateurs, suite à la première projection du film au festival de Cannes, à raccourcir d’une dizaine de minutes la durée totale du film. En réduisant la durée de certaines scènes, plutôt qu’en supprimant entièrement certaines séquences, les deux frères pensaient imprégner plus de rythme au récit. Ce travail de montage n’a visiblement pas produit les effets escomptés. La Fille inconnue peine à retenir notre intérêt et notre attention et se révèle comme une réelle déception.

Titre original : La Fille Inconnue

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 106 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le testament du Docteur Mabuse

Le testament du Docteur Mabuse

En 1922, Fritz Lang a laissé son génie du mal incurablement fou. Sous la pression du succès populaire, il le ressuscite à l’écran, plus mort que vif, en 1933 dans « Le testament du docteur Mabuse » où les virtualités du parlant prolongent son pouvoir tentaculaire par l’emprise de la machinerie moderne. Hypnotique. En version restaurée.