Select Page

The Voices

Article écrit par

Avec son nouveau film, Marjane Satrapi s’adonne à un pur plaisir récréatif. Dispensable, mais sympathique.

L’affable et inoffensif Jerry mène son petit train de vie dans une bourgade américaine bien tranquille. Il travaille à l’usine le jour, et retrouve chaque soir son petit nid douillet, en compagnie de ses fidèles chien et chat, Bosco et Monsieur Moustache. Le jeune homme ne demanderait rien de plus dans la vie, s’il n’était attiré par la belle Fiona, une collègue de travail. Tout semble donc à peu près ordinaire dans la vie de Jerry – du moins, tant qu’il n’oublie pas de prendre ses médicaments… Avec The Voices, Marjane Satrapi s’essaie à une fantaisie sans prétention ni ambition, qui ne lésine pas sur les effets tout en conservant une certaine authenticité de ton. Ce pur exercice de style, vain mais récréatif, tente le pari d’une réconciliation surprenante du gore et du burlesque, sous l’égide de la patte visuelle caractéristique de la cinéaste, peu avare en artifices colorés. Au final, ce qui l’emporte reste le sentiment d’avoir sous les yeux une pâtisserie rutilante et richement parée, parfois difficile à digérer (un humour pas toujours du plus bel effet, mais surtout des ficelles psychologiques assommantes relatant le passé traumatique du Jerry), qui laisse cependant un certain arôme en bouche, tour à tour acide et sucré.

Comme dans la plupart des récits mettant en scène un esprit schizophrène, The Voices orchestre assez grossièrement son travail sur les points de vue, à base d’oppositions platement hermétiques dès lors qu’il s’agit de délimiter la réalité de l’image faussée que s’en fait le protagoniste. Paradoxalement, c’est aussi là que le film puise son principal intérêt. On sera gré à Satrapi de ne jamais porter de jugement sur son protagoniste, et pour cause : son film épouse jusqu’au bout – et même davantage, lors d’un final totalement barré dont on taira la teneur – le point de vue de ce sympathique Jerry, dont on est progressivement convié à découvrir la folie. Le jeune homme remodèle la réalité par le biais de son esprit dérangé, parfois selon une logique de renversement total. Ainsi, son home sweet home lumineux, propre et accueillant, se révélera, en tant que produit de son regard déviant, n’être en réalité qu’un horrible taudis, jonché de détritus et gagné par la pourriture. Ce n’est qu’après avoir pris son traitement médical, cloîtré entre ces quatre murs, que le personnage aura son seul moment de lucidité. Or, à cette alternative dans l’antre de Jerry (la découverte de la réalité cauchermardesque du lieu opposée à sa vision subjective idéalisée) ne répond que l’unilatéralité de son point de vue halluciné dans le monde extérieur, Jerry ne se retrouvant jamais hors de chez lui dans un état normal. Ainsi, le film laisse sur une interrogation diffuse mais persistante : à quoi peut bien ressembler le monde extérieur soustrait de ce regard malade qui gouverne le récit ?

Titre original : The Voices

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 109 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.