Select Page

Louis-Ferdinand Céline

Article écrit par

Les amitiés maléfiques.

« T’es rien qu’un con, Ferdinand ! ». En 1948, tout le monde s’accorde à le dire, et même à en dire plus encore depuis que Louis-Ferdinand Destouches, tombé de romans en pamphlets, est devenu un véritable paria de la littérature accusé de collaboration. Craignant pour sa vie en France suite au débarquement américain, il s’exile en Allemagne avec sa femme Lucette et son chat Bébert,  puis au Danemark où il sera incarcéré avant d’y être placé en résidence surveillée dans une petite maison située au bord de la mer Baltique. C’est là que le rejoindra Milton Hindus, universitaire juif américain avec qui l’écrivain, auquel il voue une admiration aveugle et sourde, entretient une correspondance épistolaire depuis 1947. Au terme des trois semaines que durera la cohabitation entre le maître et le disciple à Korsor, l’un espérera y gagner un avocat indéfectible, et l’autre le livre qui fera enfin de lui un véritable écrivain. Mais Hindus, qui avait entrepris le voyage au Danemark pour y « cueillir la gloire » ne sera pour Céline qu’un « paillasson admiratif ». Plus dure sera la chute et plus douloureuse la désillusion pour le jeune Américain qui tirera de cette rencontre un livre désabusé sorti en France sous le titre Céline tel que je l’ai vu, source d’inspiration principale pour ce film.

Cette histoire est presque trop belle pour être vraie : l’intellectuel juif qui prend fait et cause pour l’antisémite, un scénariste n’aurait même pas osé ne serait-ce que commencer à l’imaginer, Céline étant déjà en lui-même un produit inflammable. Louis-Ferdinand Céline est en effet le premier film de fiction consacré à l’écrivain – ce n’est pas une surprise, tant il provoque de réactions passionnées. Il n’est qu’à voir la polémique autour de sa présence sur la liste des célébrations nationales il y a cinq ans. Antisémite mais génial, génial mais antisémite, voilà pourtant une énigme littéraire bien excitante à résoudre pour un réalisateur. Reste à savoir sous quel angle d’attaque l’aborder. Parce qu’écrivain est sans doute le métier le moins cinématographique au monde. Voir quelqu’un griffonner ou raturer des bouts de phrases dans un carnet ne nous dit rien sur l’auteur, si ce n’est qu’il sait écrire, ou sur l’origine d’un style. Une chose qu’Hindus, lui, ne parvient pas à comprendre. Alors qu’il passe son temps à observer Céline en train d’écrire et qu’il le presse de questions sur sa conception de l’écriture, son style pour à tout prix lever le voile sur ce mystère qu’est le talent, l’auteur du Voyage ne sait pas quoi lui répondre. Il le fait, et c’est tout. Il n’y a qu’un universitaire pour tenter de disséquer un corps vivant.

 

L’intérêt du film ne réside d’ailleurs pas dans une quelconque étude théorique, ou critique, sur l’œuvre de Céline, pas plus qu’il ne perd son temps dans une reconstitution historique (évacuée dès le début en quelques images d’archives) qui se voudrait fidèle au pot de fleurs près. Le réalisateur choisit plutôt de se focaliser sur la confrontation entre deux êtres que tout oppose, favorisée par un huis-clos qui se laisse ressentir même à l’air libre. Le petit village danois, la forêt qui entoure la maison, la maison en elle-même, tout ressemble à une cage dans laquelle Céline ne cesse de tourner en rond jusqu’à l’exaspération qu’il reporte sur son admirateur, qui ne lui fait même pas le plaisir d’y répondre avec la même agressivité. Les deux hommes se livrent à un jeu malsain, Céline en alternant les phases de violence et de complicité avec son admirateur ; Hindus en acceptant les humiliations et les brimades de son idole. Face à un intellectuel, naïf et rigide, cet homme pétri de rage comme encombré de passions, souvent négatives, ne peut s’empêcher de céder à ses démons. Et dans cet affrontement, dont on ne sait plus très bien au fond qui en est le metteur en scène tant il se tient loin d’un manichéisme trop rassurant et trop facile, Denis Lavant emporte le morceau. Le comédien passe sans transition du docteur Destouches à Mister Céline, aimable jusqu’à se montrer paternel, et dans le même mouvement capricieux jusqu’à se transformer en gamin sénile. Sans cesse changeant, gouailleur jamais tranquille et d’une mauvaise foi parfois très drôle (comme lorsqu’il propose à Hindus de créer un comité de réconciliation entre aryens et juifs), il s’est mué en personnage célinien jusqu’à frôler la caricature, prisonnier de sa propre création. Et débordé par un antisémitisme d’autant plus inquiétant, et délirant qu’il ne trouve pas ses racines dans une quelconque idéologie puisqu’il le dit lui-même, « il n’a pas d’idées ». Génial mais antisémite, antisémite mais génial, les deux facettes de l’écrivain restent un mystère.

À lire : l’entretien avec Emmanuel Bourdieu.

Titre original : Louis-Ferdinand Céline

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

J’ai perdu mon corps

J’ai perdu mon corps

Jérémy Clapin signe un premier long-métrage qui emprunte au western urbain, au thriller, mais aussi empreint de romantisme, mêlant temporalités et souvenirs par un travail intelligent des images, des sons et des formes.

Quand passent les cigognes

Quand passent les cigognes

« Quand passent les cigognes » est une allégorie de la guerre. Boris et Veronika transcendent leur amour dans un vertige mutuel à faire « pleurer dans les datchas » même si « Moscou ne croît pas aux larmes ». Mikhaïl Kalatozov délivre ici un manifeste pacifiste au romantisme dévastateur. En version restaurée 4K.