Select Page

L´Occitanienne

Article écrit par

Quel défi que celui de représenter Chateaubriand ! L´idée du scénario de Jean Périssé est charmante. Malheureusement, le résultat est loin de des ambitions originelles.

Le film retrace un épisode des Mémoires d’outre-tombe, ou comment une correspondance que le grand homme entretint à la fin de sa vie avec une jeune fille de l’aristocratie toulousaine se solda par la rencontre avec la fervente admiratrice par une nuit d’orage dans les Pyrénées.

Situation romantique en diable. L’aube de la vie et le seuil de la mort réunis le temps d’une joute verbale et sensuelle. Tandis que dehors les éléments font rage, au-dedans les passions se déchaînent. Un maître d’hôtel adepte des rimes commente l’entrevue en voyeuriste éclairé.

Rien n’est omis : l’empressement et les ruses du cœur féminin, les attraits de la gloire et le fantasme des mots, les tentations de l’homme et les scrupules du poète. Les élans fougueux et candides d’une jeune provinciale se heurtent aux arguments de la vieillesse. Séduit mais bien conscient de la méprise, honteux d’être aimé par idolâtrie, comme un monument du passé, Chateaubriand renvoie la belle imprudente à son mariage. De cet amour platonique ne subsistera que des lettres enflammées et une belle anecdote littéraire.

Du fantasme à la réalité, de la littérature au cinéma. Il est périlleux de vouloir rendre en images les sommets de verve étincelante de Chateaubriand. Suffit-il de montrer un profil de statue grecque ou un plan de ciel ombrageux pour ressusciter le fantôme d’Atila et suggérer les emportements de l’âme du poète ? La mise en scène de ce huis clos est trop plate et trop sage. Les comédiens récitent un texte bien cadencé, ou se lancent dans des effets de théâtre artificiels.

Où est le rouge carmin des lèvres, la défaillance des mots, la langueur des corps ? Où est l’ouragan qui se joua cette nuit ? Perdus dans un enchaînement de scènes apprêtées et superficielles, pas assez travaillées et trop modernes. Tout reste extérieur et faux.

Titre original : L'Occitanienne

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…