Select Page

Les Proies

Article écrit par

Malgré quelques beaux plans, « Les Proies » laisse sur une étrange sensation de détachement.

Le remake réalisé par Sofia Coppola du film Les Proies de Don Siegel (1971), tous deux adaptés du roman éponyme de Thomas P. Cullinan (1966), s’ouvre sur la même scène que son prédécesseur : une chanson douce accompagne les pas d’une petite fille en quête de champignons dans une forêt de brume lumineuse, son panier sous le bras, comme au début d’un conte. Impression qui s’achevait vite dans le long métrage de Don Siegel, lorsque la fillette, du haut de sa dizaine d’années, servait d’alibi amoureux au Caporal McBurney (Clint Eastwood), nordiste blessé voulant échapper aux troupes sudistes en pleine guerre de Sécession rencontré sur son chemin ; une scène supprimée par la réalisatrice dans son adaptation, par ailleurs très calquée sur l’original (parfois au dialogue près). Cette suppression, qui inaugurait pourtant le profit charnel de McBurney sur les femmes qu’il allait côtoyer tout au long du film, sert, a posteriori, d’indicateur éloquent quant au déroulement assez pudibond du long métrage de Sofia Coppola.
 


Virgins from Victorian Times

La cinéaste, à son habitude, soigne sa mise en scène, son décor, ses détails acidulés (le titre rose du film, à la police déliée, sa bande son piquante), faisant du pensionnat un édifice imposant et immaculé, aux colonnes antiques, aussi « pur » que les vies des jeunes vierges aux délicates robes de temps victoriens qu’il renferme. A l’instar du film de Don Siegel, tout se joue entre le portail de la propriété, le pensionnat et l’escalier qui relie la chambre, calé discrètement dans un coin de mur, élégant, là où le massif escalier en escargot de l’oeuvre originale servait d’armature centrale aux faits et gestes des personnages. Sofia Coppola choisit une réduction de l’utilisation de l’espace intérieur, qui vire au confinement, instaurant une atmosphère ouatée, lumière tamisée à la bougie, distillant des sensations mêlées, de langueur et d’étouffement féminins, dans un crépuscule qui semble ne jamais finir. Une scénographie évocatrice, aux effluves de poison qui se répandent dans l’air, dont la beauté d’un univers comme mis en quarantaine augurait de prometteuses manières de se saisir du sujet. Le film n’ira, et c’est dommage, pas plus loin dans le trouble, restant très au seuil de ses effets, manquant de la crépitation d’un regard.
 


L’ère machiste Siegel/Eastwood contre le gynécée de Sofia Coppola

Le gynécée de blondes réunies ici, qui rappellent les sœurs Lisbon de The Virgin Suicides (1999), le premier long métrage de la réalisatrice, ne possèdent pas leurs manigances sentimentales et en cachent volontiers une forme de frustration émotionnelle et charnelle. Même le nouveau personnage du Caporal McBurney (désormais joué par Colin Farrell, aussi pâlot acteur ici que Clint Eastwood à l’époque), est devenu beaucoup plus équivoque que l’était le personnage menteur et plus directement profiteur de l’original. A l’image de la scène du début, la réalisatrice semble avoir gommé toutes les occasions de saillie psychologique du film, n’atteignant jamais le grain de folie qui finissait par exister à l’issue de l’œuvre de 1971. Un loupé, d’autant que le casting doué proposé des actrices à même d’exceller dans l’ambiguïté de ce registre (Kirsten Dunst, Nicole Kidman, Elle Fanning) mais réduites ici à des figures en lesquelles on peine à s’identifier. Que Sofia Coppola ait fait le choix de favoriser le point de vue du groupe de femmes (là où l’œuvre de Siegel suivait davantage l’esprit de McBurney) renforce cette sensation de détachement que produit Les Proies, faisant de ces personnages féminins un ersatz assez désincarné des quelques beaux portraits de femmes représentées auparavant dans ses oeuvres. Il en reste des émanations douces, des arômes sucrés qui forment la marque la plus facile de la touche Sofia Coppola mais font ici presque regretter le film original, tant ce remake s’apparente à un tableau vivant très sage, dont on attendrait en vain qu’il se mouve et se craquelle un peu dans son décor. Un constat qui laisse songeur quant au prix reçu par le film au dernier Festival de Cannes : celui de la mise en scène.

Titre original : The Beguiled

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 93 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

ADN

ADN

Le cinquième long-métrage de Maïwenn, se voulant généreux et sans frontières, nous montre les ficelles d’un cinéma narcissique, arrivé à épuisement de son style, qui se cantonne au degré zéro du réel. S’il tente de nous dire que chacun est le fruit d’une histoire, on se retrouve pourtant englué dans un présent où les dialogues et les corps n’ont aucun sens.

L’Avventura

L’Avventura

Avec ses tableaux panoramiques délavés par les embruns, L’Avventura reflète l’âpreté de la relation amoureuse entre homme et femme dans une comédie moderne des faux-semblants. Le film se revoit comme la déambulation contrariée de Claudia, muse antonionienne, déroulant un fil d’Ariane sans issue véritable dans l’écheveau des subjectivités. Plus troublant que jamais en version restaurée.

Manhunter

Manhunter

La ressortie d’un classique du répertoire hollywoodien, avec ce thriller de Michael Mann, est un voyage nostalgique et immersif dans les années 1980