Select Page

Les Naufragés de l’île de la Tortue

Article écrit par

Jacques Rozier prolonge un peu le rêve hippie avant l’évasion normée de « Les Bronzés »

Après un nouveau long hiatus cinématographique (Du côté d’Orouët certes sorti en salle en 1973 fut en fait tourné en 1969) Jacques Rozier voit l’opportunité de signer son troisième long métrage lorsque Claude Berri lui propose de le produire s’il tourne avec Pierre Richard. La présence de ce dernier (nouvelle superstar comique française depuis le succès de Le Grand Blond avec une chaussure noire – 1972) ne modifie guère la méthodologie spontanée si chère à Rozier. Les Naufragés de l’île de la Tortue emprunte la structure d’Adieu Philippine (1962) et Du côté d’Orouët avec son point de départ parisien joyeux et confus dont découle, le départ, le dépaysement et l’odyssée intime vers des contrées sauvages, désolées (et mentales). Seulement Les Naufragés de l’île de la Tortue radicalise cela avec un Pierre Richard constituant un véritable double de Jacques Rozier. Un mensonge hasardeux de Jean-Arthur Bonaventure (Pierre Richard) à sa compagne débouche ainsi sur des rencontres et situations qui vont le mener aux antipodes de son modeste job d’employé d’agence de voyage. La scène d’ouverture résume finalement bien la chose, lorsque Bonaventure déroule machinalement à un client les modalités des croisières disponibles et que ce dernier témoigne d’envies plus simples, moins programmatiques. Ce besoin de sortir des clous, d’échapper à la routine, à l’organisation, est emblématique de l’approche de Rozier qui le figure dans l’idéal de son héros. Le film est une sorte d’anti Les Bronzés, portrait juste et satirique d’une société française dans le nouveau cadre vacancier normé du Club Med, à l’orée des matérialistes années 80. Jacques Rozier s’inscrit lui dans le sillon plus hippie et libertaire des seventies mais qui se confronte au fil du récit à la mentalité de la décennie suivante. Les participants à l’expédition sont ainsi imprégnés de cet esprit libertaire mais dans l’adversité retrouve la petitesse et l’appel du confort des Bronzés.

La recherche calculée « d’autre chose » mène donc à l’échec, quand les personnages de « Petit Nono » (Jacques Villeret) ou Julie (Caroline Cartier) introduit à l’improviste ou par erreur dans l’aventure, s’y immergent avec audace. Bonaventure se situe entre deux eaux, parachuté là par les circonstances au départ puis cherchant de manière maladive et crispante pour ses comparses à vivre son expérience d’île déserte à la Robinson Crusoé. Cependant le drame comme la dynamique comique potentielle ne surgissent jamais dans une logique narrative classique. C’est le style Rozier qui capture et/ou provoque l’instantané, étire les moments pour pousser la prestation de ses comédiens vers une épure où les tics s’estompent dans ce saut dans l’inconnu (les magasins de pellicule tirés jusqu’au bout, le clap de fin inaudible). On devine à chaque moment la profonde spontanéité, voulue ou subie, qui a pu agrémenter le tournage et qui tout comme dans les autres œuvres de Rozier n’empêche par l’exceptionnelle recherche formelle. Le réalisateur oscille entre filmage à hauteur des personnages et majesté somptueuse, les cadres et la photo scrutant les paysages dans un savant mélange d’ébahissement et d’inquiétude face à cet inconnu. Rozier se joue magnifiquement d’un aléa de production (Pierre Richard forcé de partir avant la fin du tournage pour aller sur son projet suivant) pour poursuivre cette veine improvisée dans un rebondissement (Bonaventure en prison) et une forme narrative différente, avec le journal en voix-off de Julie de la dernière partie. Le film sera malheureusement un échec commercial mais l’auteur nous offre là un de ses plus beaux voyages.

Titre original : Les Naufragés de l'île de la Tortue

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 138 mn mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le Mans 66

Le Mans 66

Porté par un Christian Bale meilleur que jamais, « Le Mans 66 » nous raconte la passion d’un champion de course automobile avec des moments de vérité parfois bouleversants.

Revoir Pabst

Revoir Pabst

G.W.Pabst aura inspiré deux mythes, celui de « la Divine », Greta Garbo et « Loulou », Louise Brooks, sa muse cinématographique, mais il reste un réalisateur torturé par le traumatisme de la guerre, cette blessure de l’âme
qui refuse de cicatriser…Gros plan sur deux oeuvres majeures et la version allemande de « l’opéra de quatre sous ».