Select Page

Les Chaises musicales

Article écrit par

Isabelle Carré excelle dans cette libre adaptation de « La Belle au bois dormant ».

Ce premier film sympathique repose sur les épaules pas si frêles d’Isabelle Carré, qui peut tout interpréter d’une manière à la fois naturelle et très élaborée. Ici, Marie Belhomme lui propose un rôle qui lui ressemble, celui d’une jeune femme « presque », c’est-à-dire qui se cherche et doute d’elle-même – se déclarant presque musicienne, presque heureuse, presque amoureuse. C’est ce qui a séduit la comédienne qui se reconnaît dans le personnage de Perrine : "Avant tout, elle doute. Et j’ai une attirance pour ceux qui manquent d’assurance et de confiance en eux ; ceux qui sont, du coup, dans une réserve un peu fébrile ; ceux qui ne sont pas persuadés de détenir la vérité…", confie-t-elle en dossier de presse. "Elle me fait penser aux personnages de Woody Allen, même si elle subit sa vie plus qu’elle ne l’intellectualise… " Il est évident que le cinéma et le théâtre sont friands de personnages aussi fragiles en apparence, et les acteurs qui les incarnent devront avoir cette finesse, comme Philippe Rebbot pour une fois bien à sa place dans un rôle de mort vivant qui ressuscite.

Les rôles de femmes et d’hommes trop sûrs d’eux, sortes de Matamore ou de Trissotin, pourraient largement être tenus par nos politiques ou nos économistes mais, dans ce cas, nous n’aurions plus besoin de conservatoires d’art dramatique. L’art dramatique, Marie Belhomme en vient et connaît bien le sujet : justement, son film peut paraître parfois un peu théâtral, mais ce n’est pas désagréable car l’intrigue est bien menée surtout, encore une fois, par Isabelle Carré qui s’en donne à cœur joie en jouant la dingo lunaire qui entre dans la vie d’un homme, adopte son chien, chausse ses pantoufles, et en tombe finalement amoureuse.

Le film fonctionne parce que la moitié des spectateurs peut s’identifier avec cette jeune femme qui ne sait rien faire, et tout faire, qui ne se trouve pas, sorte d’éternelle ado qui vit en se déguisant en banane ou en oursonne pour des fêtes de personnes âgées ou pour faire de la publicité active dans les rues. Elle est presque à l’image des personnages du cinéma français générés après Tanguy (Étienne Chatiliez, 2001) qui vivent comme des jeunes alors que l’âge commence à les atteindre. Tout le monde doute plus ou moins, tout le monde est fragile et ce film est en quelque sorte comme une chanson tendre d’Alain Souchy, Laurent Voulzy ou Michel Berger, une bluette mélancolique qu’on oublie vite mais qui revient tout aussi vite au moindre souvenir parce qu’elle parle au cœur de midinette timide qui sommeille en chacun de nous.

Si les rôles secondaires sont moins intéressants, comme par exemple Carmen Maura qu’on a déjà vue mieux utilisée au cinéma, le film trouve aussi son allure de croisière dans cette sorte de rythme qui illustre parfaitement la vitesse de notre société actuelle qui fonce en fait vers le néant et le mal de vivre. Elle court, elle court la campagne, mais dans quel but cette petite Perrine sans son pot au lait ? Et ce rien la rend tellement humaine, voire pathétique, et en tout cas attendrissante, car elle est le personnage idéal pour une identification. Nous sommes tous qui plus, qui moins, des Perrine dans ce monde où l’amour est si difficile à trouver malgré les moyens de communication moderne. Le titre est d’ailleurs bien trouvé et Marie Belhomme l’explique fort justement dans le dossier de presse du film : « D’ailleurs, elle court beaucoup… Comme si, au jeu des chaises musicales, elle n’avait pas encore trouvé la sienne. Vous connaissez la règle : vous tournez autour des chaises en dansant et quand la musique s’arrête, vous devez en prendre une et vous asseoir dessus… » Perrine ne trouve jamais vraiment la sienne, c’est pourquoi elle a décidé de prendre celle de l’homme dont elle a involontairement provoqué le coma. Et c’est La Belle au bois dormant revisité qui commence alors…

Titre original : Les chaises musicales

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 83 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?

Made In Bangladesh

Made In Bangladesh

Made in Bangladesh est un film en lutte, qui s’attaque à de nombreux sujets politiques, sociaux et économiques, mais avant tout profondément humains, et qui ne le fait pas sans une certaine finesse ni une certaine beauté.