Select Page

Histoire des grands studios japonais : la Shôchiku

Article écrit par

Offrez-vous un voyage dans l´Histoire du cinéma japonais…

La Maison de la Culture du Japon à Paris organise du 9 septembre au 4 octobre 2008 une rétrospective consacrée aux studios Shôchiku.

Spécialisée à l’origine dans les spectacles de Kabuki, la société compte parmi les principaux acteurs de la production cinématographique japonaise du vingtième siècle. Principal concurrent de la Nikkatsu à l’époque du muet, puis de la Tôhô avec l’arrivée du parlant, la Shôchiku a su imposer son style en se montrant attachée aux préoccupations de la société nippone. Des années 20 aux années 50, un bon nombre de grands maîtres du cinéma japonais sont découverts, soutenus et produits par la société (Ozu, Kinoshita, Shibuya, mais aussi certains films de Mizoguchi et de Kurosawa). La période constitue l’âge d’or des studios. Ceux-ci se mettent peu à peu à assurer l’ensemble des activités économiques liées au cinéma, de la production à l’exploitation, et représentent, à partir des années 50, plus qu’une société : un véritable empire.

Ne parvenant pas à renouveler les formes mélodramatiques dans lesquelles elle s’est enfermée à la fin de cette dernière décennie, la Shôchiku fait appel à de jeunes réalisateurs comme Oshima, Yoshida et Shinoda, et contribue à lancer la Nouvelle Vague japonaise sur le modèle des productions européennes. Finissant tous, pour des raisons diverses, par quitter les studios qui les ont formés, afin de créer leur propre société de production, ces nouveaux cinéastes laissent la Shôchiku traverser la plus importante crise de son histoire. Il faut attendre le succès de la série des Tora-san, tous dirigés par Yôji Yamada, pour que la société revienne sur le devant de la scène au cours des années 70, et commence tout à la fois à entreprendre le financement de superproductions et de films d’auteur (Kore-Eda, les premiers Kitano). Si la Shôchiku peine aujourd’hui à marquer sa différence dans le paysage cinématographique qui la surplombe, elle reste assurément la plus riche et cohérente société de production japonaise, historiquement et artistiquement parlant.

Reprenant l’essentiel des grandes œuvres signées par la Shôchiku, la rétrospective organisée par la Maison de la Culture du Japon propose une sélection de 23 longs-métrages, dont certains sont encore inédits en France. D’Ozu à Oshima, de Kobayashi à Mizumi en passant par Shibuya et Nakamura, la programmation annonce un choix de films on ne peut plus éclectique et alléchant, parmi les grands chefs-d’œuvre du cinéma japonais…


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.