Entre les murs

Article écrit par

La Palme d´Or 2008 sort enfin en salles ! Belle occasion de retourner sur les bancs de l´école en se laissant guider par les images du réalisateur Laurent Cantet.

Adaptant sur grand écran le roman éponyme de Fançois Bégaudeau, le professeur de français, Laurent Cantet nous entraîne entre les murs d’une classe d’un collège du XXème arrondissement de Paris. Sous son regard, la classe devient un microcosme reflétant les travers et les enjeux de la société d’aujourd’hui.
L’aspect Black, Blanc, Beur occupe une place importante et le réalisateur réussit à en éviter les stéréotypes. Le film n’est ni une sacralisation ni une critique acerbe de l’Education Nationale. Laurent Cantet, tout comme Bégaudeau, place les élèves et les professeurs au même niveau, tous se débattant face aux maux qui rongent la société.

Côté mise en scène, Laurent Cantet flirte avec le documentaire et il est bien difficile de croire que les élèves/acteurs « récitent » leur texte tant ils semblent naturels. De plus, la caméra devient rapidement invisible, donnant au spectateur le sentiment d’être réellement au cœur de la classe. Mais attention, invisible ne rime pas avec passif. Au contraire, la caméra est énergique et donne au film une très grande vitalité. Celle-ci ainsi que les acteurs non professionnels très crédibles, rendent le film touchant et pertinent de par son propos.

Un vrai petit bijou qui montre que l’école est, aujourd’hui encore, le meilleur apprentissage de la vie…

Titre original : Entre les murs

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 128 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).