Select Page

David Cronenberg

Article écrit par

Alors que sort en salles « Les Crimes du futur », en compétition au Festival de Cannes, retour sur l’oeuvre mutante de David Cronenberg.

Avec son dernier film Les Crimes du futur, c’est encore des phénomènes de mutation qu’explore David Cronenberg, des mutations aussi bien organiques, physiques, ici avec un Viggo Mortensen en artiste mutilant de body art, que les mutations mentales qui accompagnent l’évolution d’un monde où la technologie et la marchandise dévorent tout sur leur passage. Il peut s’agir de projections transhumanistes dans Les Crimes du futur, mais aussi, près de quarante ans avant, dans Videodrome (1983), des transformations provoquées par l’omniprésence des images télévisuelles, ou celles des jeux vidéo (ExistenZ,1999) sur l’intégrité cérébrale de l’humain. Le cinéaste ne cesse d’imposer les chairs balafrées, mutées et sexualisées comme pour exorciser les êtres de ses films de l’ordre libéral mondial. La monstruosité capitonnée de Cosmopolis (2012) côtoie ainsi celle des stars névrosées de Maps to the stars (2014). En cela, il n’est pas anodin que David Cronenberg ait adapté des auteurs comme J.G Ballard (Crash,1996) et Don DeLillo (Cosmopolis), tout deux écrivains éclaireurs des déviances contemporaines. De même en adaptant Le Festin nu, (1991) de William S. Burroughs. Qu’il ausculte le basculement d’un homme dans la violence dans History of violence (2005) ou les tréfonds de la psychanalyse (A Dangerous method, 2011) David Cronenberg sonde comme un sismographe l’ébranlement des organismes humains au contact des simulacres contemporains. Qu’il s’agisse de la fascination sexuelle pour un corps blessé par un accident de voiture (Crash), de l’attraction exercée sur des mains gantées pour camoufler une brûlure (Maps to the stars) ou du trouble cognitif provoqué par un câble usb organique branché sur un flanc de femme et d’homme afin de participer à un jeu virtuel, le cinéma de David Cronenberg continue de confronter avec toujours plus de prégnance le mutant humain du présent au mutant augmenté du futur.

Bonne lecture!


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.