David Cronenberg

Article écrit par

Alors que sort en salles « Les Crimes du futur », en compétition au Festival de Cannes, retour sur l’oeuvre mutante de David Cronenberg.

Avec son dernier film Les Crimes du futur, c’est encore des phénomènes de mutation qu’explore David Cronenberg, des mutations aussi bien organiques, physiques, ici avec un Viggo Mortensen en artiste mutilant de body art, que les mutations mentales qui accompagnent l’évolution d’un monde où la technologie et la marchandise dévorent tout sur leur passage. Il peut s’agir de projections transhumanistes dans Les Crimes du futur, mais aussi, près de quarante ans avant, dans Videodrome (1983), des transformations provoquées par l’omniprésence des images télévisuelles, ou celles des jeux vidéo (ExistenZ,1999) sur l’intégrité cérébrale de l’humain. Le cinéaste ne cesse d’imposer les chairs balafrées, mutées et sexualisées comme pour exorciser les êtres de ses films de l’ordre libéral mondial. La monstruosité capitonnée de Cosmopolis (2012) côtoie ainsi celle des stars névrosées de Maps to the stars (2014). En cela, il n’est pas anodin que David Cronenberg ait adapté des auteurs comme J.G Ballard (Crash,1996) et Don DeLillo (Cosmopolis), tout deux écrivains éclaireurs des déviances contemporaines. De même en adaptant Le Festin nu, (1991) de William S. Burroughs. Qu’il ausculte le basculement d’un homme dans la violence dans History of violence (2005) ou les tréfonds de la psychanalyse (A Dangerous method, 2011) David Cronenberg sonde comme un sismographe l’ébranlement des organismes humains au contact des simulacres contemporains. Qu’il s’agisse de la fascination sexuelle pour un corps blessé par un accident de voiture (Crash), de l’attraction exercée sur des mains gantées pour camoufler une brûlure (Maps to the stars) ou du trouble cognitif provoqué par un câble usb organique branché sur un flanc de femme et d’homme afin de participer à un jeu virtuel, le cinéma de David Cronenberg continue de confronter avec toujours plus de prégnance le mutant humain du présent au mutant augmenté du futur.

Bonne lecture!


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.