Select Page

Contre toi

Article écrit par

Bourgeoise contre paumé. Coupe stylisée contre cheveux hirsutes. Nourriture bio contre pizzas surgelées. Dialogue contre cris. La vie contre la mort… Kristin Scott Thomas est séquestrée.

« C’est pas vraiment un truc que tu gères, c’est vraiment au feeling ». Tirée de Et toi, t’es sur qui ?, le premier film de Lola Doillon sélectionné à Cannes dans la catégorie Un certain regard en 2007, cette réplique pourrait aussi se retrouver dans Contre toi, son second long-métrage. Avec cette phrase, Julie, 15 ans, essayait d’expliquer sa première expérience sexuelle à sa copine Elodie. Dans Contre toi, d’un souffle, elle pourrait être haletée par Anna (Kristin Scott Thomas), gynécologue obstétricienne tentant vainement (?) de justifier ses émois, ses faiblesses, ses égarements face à son ravisseur, Yann (Pio Marmaï), qui la tient pour responsable du décès de sa femme lors de son accouchement.

En apparence, c’est vrai, tout oppose ces deux films. La fraîcheur, la flexibilité et l’insouciance des adolescents en proie à leurs premiers troubles sexuels et amoureux contrastant cruellement avec la monotonie, l’expérience et les réalités de la vie d’adulte de ces deux êtres fanés, l’un par la douleur de la perte, l’autre par la solitude. Mais la notion de huis-clos est bien commune. Clairement matérialisé dans Contre toi, via la pièce où est séquestrée Anna, puis psychologiquement par l’incapacité de cette dernière à penser à autre chose qu’à son ravisseur, le huis-clos n’en était pas moins réel dans Et toi, t’es sur qui ?, où l’adolescence tournait de toute façon en vase clos. Aucun besoin de limitation géographique ou autre, les parents, professeurs, adultes de manière générale étant quasiment privés d’écran dans ce film, comme absents de la vie rêvée de leur progéniture.

Mais, dans un cas comme dans l’autre, qui dit huis-clos ne dit pas étouffement. Pas pour le spectateur du moins : Lola Doillon ne nous étouffe pas plus cette année qu’en 2007, bien qu’une grande partie de Contre toi se déroule dans une pièce close aux murs sales (la caméra ne quittant pas Kristin Scott-Thomas d’une semelle, enfermée tout comme en apparence le spectateur).

Bourgeoise lettrée, médecin à la réputation établie, Anna tente jusqu’au bout de garder le sens de ces réalités si chères à l’adulte et si utiles, imagine-t-on, dans une telle situation. Mais c’est sans compter sur ce « truc que tu [ne] gères » pas dont parlait déjà Julie. Et là, seule dans cette pièce qui est devenue sienne face à un homme brisé, plus jeune qu’elle, cette dernière ne gère plus. Allongée, assise, accroupie, debout, prostrée, couchée, recroquevillée, le besoin de comprendre, de communiquer, de partager, de contact, se fait impérieux. Rapidement, la mise en scène place les deux personnages à égalité. Yann, filmé en contre plongée au départ, seul dans le champ de la caméra, rejoint vite Anna. Un peu trop vite, sourcille-t-on à un moment, mais non. Car ces deux êtres ne sont pas des machines, rien n’est programmé, et le film de Lola Doillon n’est pas un conte de fées, contrairement au syndrome de Stockholm qui, lui fait bien son effet.

Titre original : Contre toi

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Qui a tué le chat?

Qui a tué le chat?

Après “l’argent de la vieille”(1972) et avant “le grand embouteillage”(1979), Luigi Comencini se commet dans une satire implacable qui vise à débrouiller l’écheveau des travers de la société de son temps. Sous le vernis de la farce à l’absurde déjanté s’écaille une vision lucide et décomplexée. Décapant.

Casanova, un adolescent à Venise

Casanova, un adolescent à Venise

“Casanova, un adolescent à Venise” dépeint une tranche de la vie picaresque de l’auteur-mémorialiste libertin de “Histoire d’une vie”, Giacomo Casanova. Cinéaste de “l’innocence perdue”, Comencini s’inspire des tableaux de genre du peintre vénitien Pietro Longhi pour leur insuffler le mouvement comme autant de saynètes croquant les moeurs dissolues de l’aristocratie de la république vénitienne au siècle des lumières le tout somptueusement enchâssé sur la toile de fond en trompe-l’œil de la lagune.