Select Page

Yasujiro Ozu

Article écrit par

Retour sur l’oeuvre d’Ozu, après le succès récent de sa rétrospective dans les salles françaises.

Le succès de la rétrospective récente témoigne de la place privilégiée qu’occupe Ozu dans la cinéphilie française. Le cinéaste est découvert en France près de quinze après sa mort avec les sorties de Voyage à Tokyo (analyse accessible ici), Le Goût du saké et Fin d’automne en 1978, suivis de Gosses de Tokyo en 1980. L’attachement en France pour Ozu ne s’est jamais démenti depuis, à travers la découverte progressive du reste de son œuvre et les textes analytiques de référence publiés dans la foulée. La vision humaniste du cinéaste repose pour nous sur un dépaysement profondément rattaché à la société japonaise mais traversé de questionnements universels. Cette singularité est au cœur d’une filmographie dont la cohérence quasi-musicale tient autant à sa répétitivité, explicite avec Gosses de Tokyo et son remake Bonjour, qu’à la complémentarité et aux différences subtiles des trames  d’Eté précoce, Printemps précoce et Printemps tardif – facette dont jouent habilement les titres français.

A lire également, outre les critiques de ces sept films : l’analyse de Alain-Michel Jourdat sur le goût de la monotonie chez Ozu.

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré à Ingmar Bergman !

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les Invisibles

Les Invisibles

Entre rires et larmes, le film de Louis-Julien Petit « Les Invisibles », nous fait un joli cadeau : celui de montrer que résilience balaie d’un revers tous nos clichés sur la précarité.

Asako I&II

Asako I&II

A l’image des protagonistes qui ne trouvent pas d’issue à leur histoire, nous non plus on ne trouve pas d’issue à ce film qui ne semble finalement pas abouti et qui prend de fausses allures de téléfilm.

Border

Border

Un conte moderne cruel qui revisite brillamment la figure onirique du monstre sur fond de tolérance et de recherche identitaire