Une Nuit

Article écrit par

Grand amateur de polars, Philippe Lefebvre filme la ville lumière avant qu´elle ne s´éveille…

Un flic solitaire et taciturne avance d’un pas ferme dans les rues de Paris. Il fait nuit, les lumières des phares et des néons se reflètent sur le trottoir humide. Simon Weiss (Roschdy Zem, sourcils froncés et regard perçant), commandant à la Brigade Mondaine, débute sa tournée des établissements nocturnes : boîtes de nuit, bistrots lugubres, bars à putes… Déambulant d’un quartier de Paris à l’autre, il rétablit l’ordre, boit un verre, fume cigarette sur cigarette, mène ses petites enquêtes, se laisse glisser un billet dans la poche au passage. Une ronde frénétique qui ne se termine qu’au lever du soleil.

Suivre pendant une nuit entière un policier en charge des « cabarets » à la Brigade Mondaine… Idée audacieuse ou suicidaire ? Toutes les séries policières qui encombrent nos écrans de télévision, condensés indigestes de course-poursuites, d’interrogatoires, de crimes louches et d’enquêtes menées tambour battant, prouvent combien le sujet est délicat à aborder. On pensait s’endormir au bout de quelques minutes, mais Une Nuit parvient à nous tenir éveillés : un petit exploit qui mérite tout de même d’être salué.

 
Scénariste et réalisateur de plusieurs polars pour le petit écran, Philippe Lefebvre a su mettre son savoir-faire au service de ce long-métrage sobre et réaliste. Il reprend à son compte les caractéristiques formelles du film noir – décor urbain, pluie, obscurité, espaces restreints, caméra subjective – tout en privilégiant l’unité de temps : ainsi, il favorise l’immersion du spectateur dans une réalité policière marginale et rarement mise en scène. 

Pour écrire son scénario, Simon Mickaël s’est appuyé sur les récits et les témoignages de Philippe Isard, ancien commandant à la brigade Mondaine : en résulte une foule de petits détails et d’anecdotes qui empêchent le film de basculer dans la chronique policière futile. Un caniche meurt d’une overdose pour avoir avalé un peu trop de cocaïne, un vieux travesti maudit son jeune amant tout en attendant son retour, un client constate avec stupéfaction qu’on lui a fait boire plusieurs bouteilles d’un champagne hors-de-prix et qu’il doit désormais régler l’addition… La jeune fliquette inexpérimentée qu’interprète Sara Forestier découvre, en même temps que le spectateur, cette vie nocturne énigmatique et pittoresque. 

Au crépuscule, une myriade de spectres s’éveille et arpente les ruelles de la capitale : prostituées, dealers, alcooliques et travestis revêtent leurs costumes de scène et entament leur curieux défilé. C’est en accordant une place centrale à ces personnages secondaires que Philippe Lefebvre réussit véritablement son pari : plonger au cœur de la nuit, arpenter les lieux où pullulent des créatures insolites, inquiétantes ou pitoyables, qui s’évanouissent avec la lumière du jour.  

Titre original : Une nuit

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.