Profession du père

Article écrit par

Je règle mon pas sur le pas de mon père.

Tuer Le Père. Le Père de La Nation,  le général De Gaule, pour André Choulans (Benoît Poelvoorde) lorsqu’il se sent trahi  par l’homme d’état français qui déclare en 1961 que  Algérie deviendra un état indépendant. Mon père ce héros pour Émile Choulans (Jules Lefebvre), douze ans,  qui va prendre part, en première ligne au projet fantasmatique de celui qu’il admire et craint plus au plus haut point. Tuer ce père, au sens pas si figuré que cela, lorsque le garçon comprendra enfin la mystification dont il est victime. Histoire singulière et dure. Insupportable souffrance d’une épouse et d’un enfant en proie aux ressacs de violence d’une figure masculine schizophrénique. Sobre, sombre et glaçant, Benoît Poelvoorde fait monter en faiblesse d’une façon captivante son personnage. Jusqu’à suer grassement de ses mensonges lors de la convocation chez le directeur d’école. Récit universel et naïf. Celui de l’enfant qui a besoin de l’amour de son père, de croire à ses exploits pour trouver son modèle. Être à l’aune d’un regard d’enfant ne dépend pas que de la hauteur de la caméra, seules quelques rares prises de vues  surlignent cette intention, la justesse psychologique naissant de l’empathie jamais factice.

 

 

Derrière le cinéma apparemment humble de Jean-Pierre Améris se dégage un profond  respect pour la modestie de ses personnages, qu’il ne tente jamais de simplifier ou de magnifier. Améris prend juste le temps de les laisser se débattre dans leurs  douloureux dilemmes et d’exprimer leur vibrante vulnérabilité. Des personnalités biens dessinées, servis par une direction d’acteurs qui confine au naturalisme.  Face à l’ogre Poelvoorde, Audrey Dana marche délicatement dans les petits souliers d’une épouse soumise encore amoureuse. Jules Lefebvre fait montre d’une belle présence qui lui permet de dépasser la limite de l’enfant attendrissant et agaçant que l’âge lui dictait d’incarner. On ne peut que regretter que la modestie d’Améris ne le pousse pas plus loin dans son entreprise. Gagner encore en concision, en s’affranchissant de certaines métaphores trop didactiques, comme celle des poissons dans le bassin, à la fin du film. S’appuyer sur une photographie singulière plutôt que de tomber dans l’imagerie d’Épinal d’une époque. Il suffirait de presque rien pour qu’une œuvre façonnée avec une belle sincérité prenne alors toute son ampleur.

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.