Paul Schrader

Article écrit par

A l´occasion de la sortie (finalement reportée) de son nouveau film « Adam Resurrected », ce Coin du cinéphile est consacré à Paul Schrader.

Personnalité parmi les plus singulières issues du Nouvel Hollywood, Paul Schrader s’illustre d’abord en tant que scénariste. C’est à travers le regard d’autres créateurs que l’on découvrira son univers atypique grâce à des films comme Yakuza, Taxi Driver ou encore Obsession. Partagée entre les traces d’une éducation religieuse sévère et un attrait indéniable pour l’excès et la décadence, son œuvre offre une schizophrénie fascinante dans l’opposition de ses thèmes principaux.

Pour ce Coin du cinéphile, nous nous pencherons évidemment sur ces deux facettes contradictoires. Les prémisses de l’industrie porno dans Hardcore, sa fascinante relecture de La Féline de Jacques Tourneur et le saisissant portrait de la star déchue Bob Crane dans Autofocus illustreront les ambiances ambiguës dont il est capable. Blue Collar montrera ses premiers pas marquants derrière la caméra tandis quAffliction et son superbe biopic Mishima montreront une facette plus intériorisée et intimiste de son talent.

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile fortement influencé par le récent Agora d’Alejandro Amenabar, puisqu’il y sera question du traitement des conflits et de l’obscurantisme religieux au cinéma.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Stromboli

Stromboli

De toute l’œuvre néo-réaliste rossellinienne émergent, comme une constante, les préoccupations humanitaires, les valeurs spirituelles de l’homme par quoi il se découvre et se sauve. Il n’y a que la foi qui puisse sauver. Partant, chaque film qui émane de cette période
est un authentique acte de foi. Stromboli en est la quintessence.