Select Page

Paul Schrader

Article écrit par

A l´occasion de la sortie (finalement reportée) de son nouveau film « Adam Resurrected », ce Coin du cinéphile est consacré à Paul Schrader.

Personnalité parmi les plus singulières issues du Nouvel Hollywood, Paul Schrader s’illustre d’abord en tant que scénariste. C’est à travers le regard d’autres créateurs que l’on découvrira son univers atypique grâce à des films comme Yakuza, Taxi Driver ou encore Obsession. Partagée entre les traces d’une éducation religieuse sévère et un attrait indéniable pour l’excès et la décadence, son œuvre offre une schizophrénie fascinante dans l’opposition de ses thèmes principaux.

Pour ce Coin du cinéphile, nous nous pencherons évidemment sur ces deux facettes contradictoires. Les prémisses de l’industrie porno dans Hardcore, sa fascinante relecture de La Féline de Jacques Tourneur et le saisissant portrait de la star déchue Bob Crane dans Autofocus illustreront les ambiances ambiguës dont il est capable. Blue Collar montrera ses premiers pas marquants derrière la caméra tandis quAffliction et son superbe biopic Mishima montreront une facette plus intériorisée et intimiste de son talent.

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile fortement influencé par le récent Agora d’Alejandro Amenabar, puisqu’il y sera question du traitement des conflits et de l’obscurantisme religieux au cinéma.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.