Paul Schrader

Article écrit par

A l´occasion de la sortie (finalement reportée) de son nouveau film « Adam Resurrected », ce Coin du cinéphile est consacré à Paul Schrader.

Personnalité parmi les plus singulières issues du Nouvel Hollywood, Paul Schrader s’illustre d’abord en tant que scénariste. C’est à travers le regard d’autres créateurs que l’on découvrira son univers atypique grâce à des films comme Yakuza, Taxi Driver ou encore Obsession. Partagée entre les traces d’une éducation religieuse sévère et un attrait indéniable pour l’excès et la décadence, son œuvre offre une schizophrénie fascinante dans l’opposition de ses thèmes principaux.

Pour ce Coin du cinéphile, nous nous pencherons évidemment sur ces deux facettes contradictoires. Les prémisses de l’industrie porno dans Hardcore, sa fascinante relecture de La Féline de Jacques Tourneur et le saisissant portrait de la star déchue Bob Crane dans Autofocus illustreront les ambiances ambiguës dont il est capable. Blue Collar montrera ses premiers pas marquants derrière la caméra tandis quAffliction et son superbe biopic Mishima montreront une facette plus intériorisée et intimiste de son talent.

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile fortement influencé par le récent Agora d’Alejandro Amenabar, puisqu’il y sera question du traitement des conflits et de l’obscurantisme religieux au cinéma.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).