Select Page

Marie-Antoinette

Article écrit par

Le troisième film de Sofia Coppola reprend le thème de l´adolescence (difficultés rencontrées durant cette période) qu´elle abordait déjà dans son premier long-métrage Virgin Suicides (1999) ainsi que dans son premier court-métrage Lick the star (1996). Marie-Antoinette n´est encore qu´une enfant lorsqu´elle est promise au futur roi de France pour sceller une alliance entre la […]

Le troisième film de Sofia Coppola reprend le thème de l´adolescence (difficultés rencontrées durant cette période) qu´elle abordait déjà dans son premier long-métrage Virgin Suicides (1999) ainsi que dans son premier court-métrage Lick the star (1996). Marie-Antoinette n´est encore qu´une enfant lorsqu´elle est promise au futur roi de France pour sceller une alliance entre la France et le Saint-Empire. Elle n´est encore qu´une adolescente lors de son arrivée à Versailles. Elle a seulement 15 ans quand pèse déjà sur ses épaules la lourde responsabilité de donner un héritier à la couronne de France et à peine âgée de 18 ans lorsqu´elle devient reine de France, à la mort du roi louis XV. Elle endosse ainsi les devoirs politiques accompagnant cette fonction, devoirs qu´elle n´est en mesure d´assumer vu son jeune âge.

Marie-Antoinette est davantage subjuguée et abasourdie par le décor somptueux du château qu´elle découvre peu à peu. La beauté des pièces ainsi que les couloirs secrets, les portes dérobées, les boîtes magiques l´émerveillent. Cependant, le protocole la rattrape très rapidement et avec lui, les rituels du lever, du coucher, les repas consensuels mais également les médisances et les indiscrétions. Elle devient le centre des conversations et des ragots ; << elle ne peut avoir d´enfant >>, << elle est une espionne autrichienne >>, << on la dit frigide >> entend-elle siffler dans les couloirs.

Pour Marie-Antoinette qui détonne très vite à la Cour de Versailles, la pression devient trop forte. Elle adopte alors une attitude que peuvent avoir toutes les adolescentes, à notre époque même. Elle agit en réaction, préférant la provocation à la conformité. Au lieu de se fondre parmi les Grands de Versailles, elle se démarque, s´entoure de dames de compagnie peu recommandées et organise de grandes fêtes, ressemblant parfois à des orgies.

L´esprit versaillais, qui est à l´égal du très strict découpage des jardins à la française, ne lui convient décidément pas et elle tente d´affirmer son propre style. Grâce à la mise en scène de la réalisatrice, le sentiment qu´elle a d´être en décalage avec Versailles, voire parfois avec son temps, est très bien rendu à l´écran. Les jours se suivent et se ressemblent à la Cour de France, il n´y a guère que ses tenues qui varient tant et tant, et elle s´ennuie. Sofia Coppola filme alors cette rébellion à laquelle se livre cette adolescente qui ne supporte plus le carcan dans lequel elle est enfermée et les pressions dont elle fait l´objet. Par rejet, elle choisit le luxe, parfois même la luxure. Les folies (tissus, chaussures, bijoux, champagne, jeu) deviennent son quotidien, la réalisatrice ayant porté un soin tout particulier aux décors et aux costumes qui rendent tout simplement le film magnifique du point de vue de l´esthétisme.

Par la touche personnelle qu´apporte Sofia Coppola dans le récit, cette vie d´adolescente passant par cette rébellion et le rejet de la société dans laquelle elle évolue semble quasi intemporelle. La bande-son est contemporaine alors que les costumes sont d´époque. De nombreux clins d´oeil de la réalisatrice ramènent le spectateur à son siècle. Le tour de force de la réalisation : dans Marie-Antoinette, on se trouve au XVIIIème siècle sans pour autant que les frontières soient celles du temps. Le film devient alors presque atemporel.

Marie-Antoinette n´est donc pas, contrairement à ce que l´on pourrait croire, une grande fresque historique, le dessein de Sofia Coppola étant tout autre. S´appuyant sur la biographie de la reine écrite par Antonia Fraser, la réalisatrice a souhaité dépeindre une femme. Elle a dressé le portrait d´une adolescente trop vite projetée dans un monde d´adultes, de responsabilités, auquel elle n´est pas prête. L´approche se fait alors d´un point de vue bien plus personnel qu´historique. Beaucoup lui ont d´ailleurs reproché de mettre en arrière-plan de grands moments de l´histoire. Ils sont aussi nombreux à avoir dénoncé les incohérences et les anachronismes qu´elle a placés dans son récit. Mais ce sont essentiellement ces éléments-là qui font le charme et la beauté du film. On parle anglais à Versailles et le français n´est utilisé que par les domestiques ou alors pour dire << Madame >>, << merci >> et << bravo >>. Marie-Antoinette déambule dans les couloirs du château sur fond de Air, The Cure, Phoenix, ou encore The Strokes. Le grand point fort de ce film est d´avoir admirablement réussi à exprimer le sentiment de décalage ressenti par Marie-Antoinette et de nous plonger complètement dans cette atmosphère où les 18 ans de la reine sont rythmés par une chanson de New Order, où des Converse se glissent au milieu des petits escarpins…

L´autre atout majeur de Marie-Antoinette se situe dans la manière d´aborder le récit. Malgré certaines confusions historiques, la réalisatrice nous propose une approche nouvelle de l´histoire de France avec un << Versailles et moi >> conté par Marie-Antoinette. Sofia Coppola pose un regard original et novateur s´inscrivant << dans un courant récent de réhabilitation de certains personnages historiques […] que l´historiographie républicaine militante avait trop souvent réduits à des caricatures >>. Contrairement aux autres films traitant de cette période et de ce sujet, la Révolution française est ici placée en toile de fond, loin d´être un des points-clés du récit. Comment aurait-il pu d´ailleurs en être autrement ? Marie-Antoinette, jeune reine vivant dans sa bulle, enfermée dans sa prison dorée, s´intéresse guère à la politique et se sent très peu concernée par les affaires du pays. Elle ne se rend pas vraiment compte de l´importance des événements qui sont en train de se dérouler hors des grilles du château, dans le << vrai >> monde. La réalisatrice s´en tient donc à son idée première de nous montrer le règne de Louis XVI par le regard seul de Marie-Antoinette, d´une approche intime. On a alors ici Versailles, sa Cour et son étiquette vus à travers les yeux de la dauphine de France, vécus et subis par une jeune fille trop tôt devenue reine.

La complexité d´un personnage quasi mythique…

Titre original : Marie-Antoinette

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 123 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Tu mérites un amour

Tu mérites un amour

Passée par l’école Kechiche, essayant d’en adopter les méthodes, Hafsia Herzi ne parvient pas à rendre sa parole claire ni intelligible. Un film sur la vie, l’amour, la haine, qui manque de singularité, d’intérêt, de poésie, de cinéma.

Détour

Détour

L’univers du film noir est rugueux comme un joyau dépoli. « Détour » est un noir expérimental à réévaluer. Comme son anti-héros la souffrance, cette série « B » distille la sueur et les contraintes majuscules de la production qui en font l’un des fleurons incontournables du genre. Viscéral en version restaurée 4K.