Select Page

Le Steampunk au cinéma

Article écrit par

De Jules Verne à Christopher Nolan en passant par Hayao Miyazaki, retour sur plus d’un siècle de steampunk au cinéma.

Les œuvres des pionniers de la science-fiction que sont Jules Verne et HG Welles précèdent, accompagnent et suivent l’ère de la Révolution Industrielle à l’orée du 19e et 20 e siècle. Les visions de ces auteurs s’appuient autant qu’elles s’inspirent des bonds technologiques pour façonner une série de classiques littéraire.  C’est durant cette même période que naîtra le cinéma, un art qui contribuera à perpétuer cet imaginaire, notamment grâce aux premières prouesses de Georges Méliès et son Voyage dans la lune (1902) et plus tard des adaptations comme Les Mondes futurs (1936) de William Cameron Menzies ou Vingt mille lieues sous les mers (1954) de Richard Fleischer. Avec le temps, une certaine fascination pour cette imagerie SF rétro verra naître le courant d’abord littéraire (avec des auteurs comme Tim Powers) du steampunk. Les machineries à vapeurs et les appareils les plus improbable se fondent ainsi dans l’Angleterre Victorienne ou le Paris de la Belle Epoque dans des aventures débridées et fétichistes. Parmi les avatars les plus célèbres du courant se trouvent Le Prestige (2006) de Christopher Nolan et certaines grandes réussites du genre penchent du côté de l’animation comme Avril et le monde truqué, Le Château dans le ciel de Hayao Miyazaki, Steamboy (2004) de Katsuhiro Otomo.

Bonne lecture avant un Coin du cinéphile consacré au cinéaste africain Idrissa Ouedraogo.

 


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.