Select Page

La Comédie musicale

Article écrit par

A l’occasion de l’exposition en cours à la Philharmonie de Paris, le Coin du Cinéphile se met à la comédie musicale.

C’est réellement avec l’avènement du cinéma parlant à la fin des années 20 que la comédie musicale va passer des scènes de théâtre aux écrans de cinéma. C’est un genre qui par essence nous fait échapper au réel mais peut également s’y ancrer dans les premiers chefs d’œuvre des années 30. Le contexte de la Grande Dépression plane ainsi autant dans les séquences traditionnelles de 42e rue et Prologue que dans les impressionnantes fresques de Busby Berkeley. Les scènes dansées et chantées des comédies musicales ne traduisent ainsi pas un ailleurs détaché de nous mais l’expression exacerbée d’un sentiment euphorique ou tourmenté (Chantons sous la pluie, West Side Story), d’un monde idéal et/ou oppressant (Brigadoon, Cabaret), d’une relation tumultueuse (Funny Face, Darling Lili). Le genre évolue avec son temps, échappant aux adaptations de Broadway lorsque la France se l’approprie avec les films de Jacques Demy ou lorsqu’il s’imprègne de la pop et esthétique du clip dans le tapageur Moulin Rouge. Le genre demeure ainsi vivace encore aujourd’hui comme le prouve le succès récent de La la land de Damien Chazelle.

 

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré au Steampunk au cinéma !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Leur souffle

Leur souffle

Des cinéastes de mauvaise foi qui peinent à animer leurs images et leurs sons, dans un film qui globalement manque d’attrait et de passion, malgré quelques rayons de soleil.

Travail au noir

Travail au noir

Usant jusqu’à la trame de la dissonance, Jerzy Skolimowski laisse éclater un ton iconoclaste qui renouvelle avec bonheur la litanie amère des films-constats auxquels nous a habitué le désarroi polonais. Ressortie en salles.

Un Américain bien tranquille

Un Américain bien tranquille

Confronté à l’adaptation de ce brûlot anti-américain de Graham Greene, Joseph Mankiewicz héroïse l’antagoniste américain et humanise le protagoniste-narrateur anglais sur la toile de fond chaotique d’une guerre d’Indochine asymétrique. En version restaurée.