Select Page

La Comédie musicale

Article écrit par

A l’occasion de l’exposition en cours à la Philharmonie de Paris, le Coin du Cinéphile se met à la comédie musicale.

C’est réellement avec l’avènement du cinéma parlant à la fin des années 20 que la comédie musicale va passer des scènes de théâtre aux écrans de cinéma. C’est un genre qui par essence nous fait échapper au réel mais peut également s’y ancrer dans les premiers chefs d’œuvre des années 30. Le contexte de la Grande Dépression plane ainsi autant dans les séquences traditionnelles de 42e rue et Prologue que dans les impressionnantes fresques de Busby Berkeley. Les scènes dansées et chantées des comédies musicales ne traduisent ainsi pas un ailleurs détaché de nous mais l’expression exacerbée d’un sentiment euphorique ou tourmenté (Chantons sous la pluie, West Side Story), d’un monde idéal et/ou oppressant (Brigadoon, Cabaret), d’une relation tumultueuse (Funny Face, Darling Lili). Le genre évolue avec son temps, échappant aux adaptations de Broadway lorsque la France se l’approprie avec les films de Jacques Demy ou lorsqu’il s’imprègne de la pop et esthétique du clip dans le tapageur Moulin Rouge. Le genre demeure ainsi vivace encore aujourd’hui comme le prouve le succès récent de La la land de Damien Chazelle.

 

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré au Steampunk au cinéma !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.