Select Page

Je vais bien, ne t’en fais pas

Article écrit par

Après un mois de vacances en Espagne, Lili, 19 ans, rentre chez ses parents, en banlieue parisienne. Ceux-ci sont venus la chercher à la gare routière. L´atmosphère est pesante ; la mère reste silencieuse, le père se montre gêné. Lili ne comprend pas. Elle apprend peu après que Loïc, son frère jumeau, a quitté la […]

Après un mois de vacances en Espagne, Lili, 19 ans, rentre chez ses parents, en banlieue parisienne. Ceux-ci sont venus la chercher à la gare routière. L´atmosphère est pesante ; la mère reste silencieuse, le père se montre gêné. Lili ne comprend pas. Elle apprend peu après que Loïc, son frère jumeau, a quitté la maison quelques jours plus tôt, à la suite d´une violente dispute avec son père (magnifique Kad Merad qui, habituellement comique, campe ici merveilleusement un père tendre, aimant, mais très maladroit).

Sans son frère, Lili se retrouve seule, perdue. Elle n´arrive plus à faire face. Loïc ne lui donnant aucune nouvelle, elle ne s´alimente plus. Au seuil de la mort, Lili rentre à l´hôpital. C´est alors qu´une lettre de son frère lui signifiant << Je vais bien ne t´en fais pas >>, première d´une longue série, lui parvient. Elle décide alors de partir à sa recherche, contre l´avis de son père. Mais elle est très loin d´imaginer ce qu´elle va découvrir…

A travers ce portrait d´une famille ordinaire secouée par la disparition de l´un d´entre eux, Philippe Lioret nous parle d´amour. De l´amour que porte une soeur à son jumeau, un père à sa fille, un homme (beau Julien Boisselier, sensible sans trop en faire) à une jeune femme en détresse. Il nous parle aussi du besoin qu´a Lili de reprendre sa vie en main, de se la réapproprier afin de pouvoir à nouveau avancer. Ce film, c´est aussi les enfants qui grandissent, ce regard qui change, ce passage parfois douloureux de l´adolescence à l´âge adulte. C´est tout cet amour qu´on voudrait dire, crier même, mais qu´on a finalement du mal à laisser transparaître.

Voici donc en définitive l´histoire d´une famille comme les autres ; face au véritable drame qui la secoue, chacun essaie de survivre à sa manière. Certains cherchent à savoir et à comprendre quand d´autres veulent protéger et se protéger.

Loïc a beau avoir disparu, il est présent dans chacune des images, en chacun des personnages. Son ombre plane sur tout le film. Et la superbe mise en scène fait que le spectateur sent Loïc tout près de lui, en appuyant sur les non-dits de tous ces personnages qui gravitent autour du disparu. Les sous-entendus laissent apparaître petit à petit la vérité, mais Philippe Lioret sait ne pas en abuser. Le spectateur se laisse alors porter à travers ce film pudique mais très fort.

Philippe Lioret nous livre donc un film aux dialogues fins, un film juste et subtil. Le très beau jeu des acteurs y est aussi pour beaucoup. Mélanie Laurent en jeune femme paumée et déboussolée, Kad Merad en père dur en apparence mais tendre à l´intérieur, et Julien Boisselier en ami sincère et plus si affinités, composent des personnages attachants. On est surtout subjugué par une Mélanie Laurent sublime, bouleversante, remplie d´émotions et sachant les transmettre au spectateur.

Un beau film auquel on croit.

Titre original : Je vais bien, ne t'en fais pas

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Chronique d’un amour

Chronique d’un amour

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet chez Carlotta. Premier long métrage de fiction de Michelangelo Antonioni, « Chronique d’un amour » renaît littéralement de ses cendres tel le phénix ; le négatif original ayant été détruit dans un incendie. Film mythique et embryonnaire, il amorce le thème essentiel de la
geste antonionienne : l’ennui engendré par l’inaptitude au bonheur. En version restaurée.

Le Désert rouge

Le Désert rouge

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet chez Carlotta. Avec “Le désert rouge”, Michelangelo Antonioni décrit le symptôme d’un monde en mutation à travers l’aliénation de Giuliana, femme au bord de la crise de nerfs, qui ne l’appréhende plus que par le prisme des couleurs d’une névrose compulsive autant qu’obsessionnelle. Un premier opus en couleurs superbement remasterisées dans sa version restaurée 4K.

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…