Select Page

Hugo Cabret

Article écrit par

Un joli conte de noël qui oscille entre aventure et hommage à Méliès. Scorsese nous en met plein les yeux… en 3D.

C’est l’histoire d’un garçon livré à lui-même, vivant dans un grenier, en pleine gare. Tout le film se déroule dans un Paris des années 30 où l’on reconnaît certains lieux typiques, tels que la Bibliothèque Sainte-Geneviève et la Sorbonne. Hugo vit donc seul. Enfin pas tout à fait : il s’est fixé comme objectif de réparer un automate d’apparence quasi humaines.

Le film se scinde clairement en deux parties. Dans un premier temps, Hugo explore la gare, nous emmène dans son univers et tente désespérément d’échapper au méchant chef de gare – interprété par l’excellent Sacha Baron Cohen. Petit voleur, il est espiègle, malin, tendre. Jusqu’à sa rencontre avec Papa Georges, alias Georges Méliès. Et là, c’est un deuxième volet qui s’ouvre : un hommage revendiqué à ce réalisateur mythique des tout débuts du cinéma.


 
L’usage de la 3D est, pour une fois, très réussi, poussant le film dans une dimension inédite du spectacle sur grand écran. De la part de Scorsese , dont on sait à quel point l’enfance fut chahutée par le cinéma, une oeuvre comme Hugo Cabret apparaît de toute évidence comme avant tout un condensé de références et de pédagogie. Sont projetés des bouts de films de Méliès, des archives, du cinéma muet, des références aux frères Lumière… Face à cette compilation, s’immisce néanmoins une question : à qui donc s’adresse ce film ? Pas totalement aux enfants, sans doute vite perdus dans toute la partie sur Le voyage dans la Lune ; pas exactement aux adultes, peut être légèrement ennuyés par cette histoire sans grande surprise de gamin pauvre. Bref, malgré sa structure soignée, tout n’est pas si cohérent.

La force du film repose avant tout sur l’emploi de son budget colossal (plus de 170 millions de dollars). Le réalisateur et les producteurs (parmi lesquels Johnny Depp !) n’ont en effet pas lésiné sur les effets. Une scène particulièrement marquante, celle d’un train qui déraille et va jusqu’à traverser la devanture de la gare, reflète mieux que toute autre les efforts gigantesques consacrés à la production de ce pur divertissement. Cette perfection du détail, notamment lors des scènes en présence de robots ou présentant le matériel lié à l’horlogerie est d’une beauté presque anachronique. Et c’est là tout l’intérêt du film : se laisser tenter par le conte, observer les détails, se laisser surprendre par l’histoire racontée puis divaguer dans les décors originaux et précis.

Hugo Cabret est à l’origine un livre de Brian Selznick, mis entre les mains de Scorsese par le producteur Graham King : avant tout une collaboration, un casting et des surprises – observez bien qui se met dans la peau du photographe dans le film. La jeune actrice Chloé Moretz, vue dans le très réussi Kick Ass, signe cette fois encore pour un rôle que remarquable, celui d’une petite fille empie du désir d’apprendre et du gout de l’action.


 
Au final, voir Hugo Cabret est assez fidèle à la manière de Méliès. Si ce n’est pas forcément la Lune qui est ici atteinte, c’est au moins une belle étoile.

A voir : www.youtube.com/watch

Méliès, 1902, version restaurée 
Réalisée avec Lobster Films et la Fondation Technicolor pour le Patrimoine du Cinéma, cette restauration est la plus complexe et la plus ambitieuse de l’histoire du cinéma. Musique par le groupe AIR.
 

Titre original : Hugo

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 128 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le testament du Docteur Mabuse

Le testament du Docteur Mabuse

En 1922, Fritz Lang a laissé son génie du mal incurablement fou. Sous la pression du succès populaire, il le ressuscite à l’écran, plus mort que vif, en 1933 dans « Le testament du docteur Mabuse » où les virtualités du parlant prolongent son pouvoir tentaculaire par l’emprise de la machinerie moderne. Hypnotique. En version restaurée.