Select Page

Entre les murs

Article écrit par

La Palme d´Or 2008 sort enfin en salles ! Belle occasion de retourner sur les bancs de l´école en se laissant guider par les images du réalisateur Laurent Cantet.

Adaptant sur grand écran le roman éponyme de Fançois Bégaudeau, le professeur de français, Laurent Cantet nous entraîne entre les murs d’une classe d’un collège du XXème arrondissement de Paris. Sous son regard, la classe devient un microcosme reflétant les travers et les enjeux de la société d’aujourd’hui.
L’aspect Black, Blanc, Beur occupe une place importante et le réalisateur réussit à en éviter les stéréotypes. Le film n’est ni une sacralisation ni une critique acerbe de l’Education Nationale. Laurent Cantet, tout comme Bégaudeau, place les élèves et les professeurs au même niveau, tous se débattant face aux maux qui rongent la société.

Côté mise en scène, Laurent Cantet flirte avec le documentaire et il est bien difficile de croire que les élèves/acteurs « récitent » leur texte tant ils semblent naturels. De plus, la caméra devient rapidement invisible, donnant au spectateur le sentiment d’être réellement au cœur de la classe. Mais attention, invisible ne rime pas avec passif. Au contraire, la caméra est énergique et donne au film une très grande vitalité. Celle-ci ainsi que les acteurs non professionnels très crédibles, rendent le film touchant et pertinent de par son propos.

Un vrai petit bijou qui montre que l’école est, aujourd’hui encore, le meilleur apprentissage de la vie…

Titre original : Entre les murs

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 128 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.