Select Page

Entre les murs

Article écrit par

La Palme d´Or 2008 sort enfin en salles ! Belle occasion de retourner sur les bancs de l´école en se laissant guider par les images du réalisateur Laurent Cantet.

Adaptant sur grand écran le roman éponyme de Fançois Bégaudeau, le professeur de français, Laurent Cantet nous entraîne entre les murs d’une classe d’un collège du XXème arrondissement de Paris. Sous son regard, la classe devient un microcosme reflétant les travers et les enjeux de la société d’aujourd’hui.
L’aspect Black, Blanc, Beur occupe une place importante et le réalisateur réussit à en éviter les stéréotypes. Le film n’est ni une sacralisation ni une critique acerbe de l’Education Nationale. Laurent Cantet, tout comme Bégaudeau, place les élèves et les professeurs au même niveau, tous se débattant face aux maux qui rongent la société.

Côté mise en scène, Laurent Cantet flirte avec le documentaire et il est bien difficile de croire que les élèves/acteurs « récitent » leur texte tant ils semblent naturels. De plus, la caméra devient rapidement invisible, donnant au spectateur le sentiment d’être réellement au cœur de la classe. Mais attention, invisible ne rime pas avec passif. Au contraire, la caméra est énergique et donne au film une très grande vitalité. Celle-ci ainsi que les acteurs non professionnels très crédibles, rendent le film touchant et pertinent de par son propos.

Un vrai petit bijou qui montre que l’école est, aujourd’hui encore, le meilleur apprentissage de la vie…

Titre original : Entre les murs

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 128 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Qui a tué le chat?

Qui a tué le chat?

Après “l’argent de la vieille”(1972) et avant “le grand embouteillage”(1979), Luigi Comencini se commet dans une satire implacable qui vise à débrouiller l’écheveau des travers de la société de son temps. Sous le vernis de la farce à l’absurde déjanté s’écaille une vision lucide et décomplexée. Décapant.

Casanova, un adolescent à Venise

Casanova, un adolescent à Venise

“Casanova, un adolescent à Venise” dépeint une tranche de la vie picaresque de l’auteur-mémorialiste libertin de “Histoire d’une vie”, Giacomo Casanova. Cinéaste de “l’innocence perdue”, Comencini s’inspire des tableaux de genre du peintre vénitien Pietro Longhi pour leur insuffler le mouvement comme autant de saynètes croquant les moeurs dissolues de l’aristocratie de la république vénitienne au siècle des lumières le tout somptueusement enchâssé sur la toile de fond en trompe-l’œil de la lagune.

Où est la liberté?

Où est la liberté?

Tamasa distribue en digipack blu-ray/dvd la seule comédie néo-réaliste italienne signée Rossellini sortie en France en 1961 et peu vue depuis : “Où est la liberté ?”. Une curiosité au burlesque tragi-comique…