Select Page

Enfances

Article écrit par

Film collectif sur l´enfance de six grands cinéastes mondiaux. Ludique, plaisant, enchanteur.

Sortie le 14 mai 2008

Enfances, initié par Yann Le Gal, reprend le concept inauguré avec Paris Je T’aime : réunir des réalisateurs et leurs courts-métrages autour d’un thème fédérateur. Dans ce cas, le choix repose sur une anecdote puisée dans l’enfance d’un des grands cinéastes mondiaux, et qui joue un rôle essentiel dans leur filmographie : Ingmar Bergman, Fritz Lang, Jean Renoir, Jacques Tati, Orson Welles et Alfred Hitchcock. Voix plurielles donc, pour un film consacré à l’enfance de six grands cinéastes mondiaux. Ludique, plaisant, enchanteur. La tâche fut confiée à six jeunes réalisateurs qui ont su harmoniser leurs courts-métrages afin d’en dégager une forme homogène.

Ce projet pour le moins risqué parvient à éviter l’hagiographie plombante, l’hommage aveugle, le plagiat formel et la psychanalyse édulcorée, mythifiant un talent éclos dès le berceau. A l’épineuse question de la mise en scène d’une biographie (même écourtée), Yann Le Gal  répond par un ludisme convaincant ainsi qu’une reconstitution authentique et crédible, qui constituent une parade à l’habituelle monotonie suscitée. Ne dévoilant qu’à la fin le nom du cinéaste concerné, le réalisateur, également scénariste, éveille la curiosité et l’attention par des détails caractéristiques de l’artiste. Qu’il s’agisse de l’humour cynique et des ombres appuyées propres à l’univers d’Hitchcock, des préoccupations psychologiques et mortuaires du cinéaste suédois ou de la question de la normalité et du dysfonctionnement corporel chez Tati, les réalisateurs parsèment leur film d’indices anodins mais révélateurs.
 
Accompagné de ses six réalisateurs, Yann Le Gal parvient à rendre hommage aux cinéastes sans pour autant les plagier. Tout en restant modeste, dans une forme classique et dans l’économie de moyens, une leçon de cinéma se dégage de ce projet. D’abord cinéphiles, les réalisateurs révèlent toute leur admiration pour leurs aînés, en tirent des leçons et les restituent dans leurs propres scénarios. Plus généralement, c’est aussi la logique et nécessaire symbiose entre vécu et fiction qui est montrée.

L’avantage est d’avoir su trouver une forme de liberté et d’indépendance. L’anecdote étant relayée au seul point de départ, les six films deviennent d’uniques portraits d’enfants en proie à leurs angoisses et à la découverte d’eux-mêmes. D’une densité rare, condensée dans un bref espace temps, chaque court métrage s’ouvre sur d’autres horizons : historiques -la filiation juive de Fritz Lang, déterminante dans son exil aux Etats-Unis, poétiques et psychologiques.

Enfances constitue l’exemple réussi et plaisant d’un cinéma contemporain qui a su s’approprier son riche héritage, et en faire une réelle source d’inspiration.


Titre original : Enfances

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 80 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Cité sans voiles

La Cité sans voiles

Prototype matriciel du «noir procédural», «La cité sans voiles» fraye la voie vers un courant néo-réaliste semi-documentaire issu de l’immédiat après-guerre. Drapée sous une chape nocturne, la métropole new-yorkaise bruisse de mille faits divers crapuleux. Le jour venu, à l’été 1947, la brigade des homicides dont le bureau est la rue, bat le pavé brûlant des artères populeuses pour les élucider.