Select Page

Deauville 2014 : Jour 1, deux films en Compétition et deux avis mitigés

Article écrit par

Premier jour de Festival Américain à Deauville, embarquement immédiat auprès de deux films en Compétition.

De cette première journée de compétition, notre impression sera pour le moins mitigée. Car des deux films projetés ce samedi, l’un nous semble plus que convaincant et réussi tandis que l’autre suscite au mieux quelques interrogations – sur la démarche du metteur en scène, ce qu’elle a voulu dire, quel était son projet exactement – au pire, tant il nous a plongé dans un ennui profond, nous décourage même d’en savoir un peu plus, justement, sur ces intentions et sur les idées qui ont préexisté à ce qu’il faut bien appeler un film raté.

 

Il s’agit de A Girl Walks Home Alone At Night, co-production américano-iranienne, signée par la jeune jeune réalisatrice Lily Amirpour. L’action se déroule dans une ville, probablement en Iran, nommée Bad City. Il semble que Lily Amirpour ait voulu que se soit la ville du vice absolu, enfin c’est ce que l’on finit par comprendre car ses habitants s’adonnent soit à la consommation d’héroïne, soit à la prostitution, soit au trafic de drogues, à la violence bestiale, etc, etc. Chacun a sa spécialité mais nous comprenons au fur et à mesure de l’écoulement pénible de l’action que le film ne sera jamais en mesure de prétendre à une unité, à une fluidité dans le récit. Sur le fond, la réalisatrice semble avoir voulu développer une idée à travers le personnage d’une jeune femme vampire. Celle-ci, voilée, a le masque de la pureté et pourtant elle se nourrît du sang de ceux qui se vautrent dans le stupre. Quelle est l’intention du metteur en scène avec ce personnage mi-ange mi-démon ? En fait, ce film tient de la fable, du conte mais nous n’en percevons à aucun moment la morale, ni la puissance métaphorique. Amirpour semble s’être rabattue sur la carte de l’esthétique avec un beau noir et blanc et une bande son riche et rock. Seulement voilà, un beau grain de pellicule et de la bonne musique ne suffisent pas à faire un film. Ainsi A Girl ressemble souvent plus à une succession de clips qu’à un véritable long-métrage.


 
Dans un tout autre registre, était projeté ce samedi, Un homme très recherché (A Most Wanted Man, sortie le 17 septembre) d’Anton Corbijn. Très attendu, sans doute car sa vedette principale est le regretté Philippe Seymour Hoffman, ce film projeté devant une salle comble remplit toutes les attentes qu’il a pu susciter. Tiré du roman éponyme de John Le Carré, c’est un film d’espionnage, genre on ne peut plus visité dans l’histoire du septième art. Pourtant, tout en reprenant les codes, les situations (parfois même certains poncifs), du film sur les services secrets, A Most Wanted Man, relève parfaitement le gant, et s’avère être une très belle réussite sur le plan du scénario, de la mise en scène. Sans parler de l’interprétation impressionnante d’Hoffman dans le rôle d’un responsable d’une cellule anti-terroriste vieillissant, humain, bon et… un brin naïf… L’éloge de cet acteur n’est plus à faire. Il se trouve qu’il a accumulé les très grands rôles quelques années avant sa mort accidentelle comme s’il s’était dépêché d’exprimer un génie dont il avait deviné que les jours étaient comptés. L’histoire racontée ici est d’autant plus passionnante qu’elle relate une actualité brûlante : la lutte contre le terrorisme islamiste et les ramifications de celui-ci en Europe – en l’espèce à Hambourg. D’ailleurs la cité allemande sert de beau décor au film avec ses ambiances de bars à marins poisseux, ses plans sur le port, les ponts, les toits.

Retrouvez nos articles sur le Festival du cinéma américain de Deauville 2014
Deauville 2014, Annonce du Festival américain, 40 ans!


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Yam Daabo

Yam Daabo

Dans ce premier long métrage de fiction d’Idrissa Ouedraogo, on sent clairement l’empreinte des courts et moyens métrages documentaires qui l’ont précédé, à travers l’attention que porte le réalisateur sur les habitants de Gourga, village très pauvre situé aux confins du Sahel.

Leur souffle

Leur souffle

Des cinéastes de mauvaise foi qui peinent à animer leurs images et leurs sons, dans un film qui globalement manque d’attrait et de passion, malgré quelques rayons de soleil.