A l’intérieur

Article écrit par

Huis-clos sur l’art et la condition humaine.

L’exploit de Willem Dafoe

Film d’une grande beauté plastique – ce qui semble la moindre des choses vu qu’il traite prioritairement de la place de l’art et de la beauté dans notre monde ultra-moderne -, A l’intérieur repose aussi sur la prestation extraordinaire de Willem Dafoe. Venu dans le luxueux penthouse d’un collectionneur d’art new-yorkais pour y dérober une toile d’Egon Schiele, Nemo va y rester prisonnier pendant de longues semaines en raison d’une panne informatique qui l’empêche de sortir de l’appartement. Coupé de tout moyen de communication et, peu à peu, de nourriture et d’eau, Nemo va être obligé de s’adapter pour survivre. Le réalisateur raconte dans le dossier de presse que son film a été tourné en continu ce qui signifie que l’acteur a dû vivre lui-même cet enfermement. Willem Dafoe relate d’ailleurs cette expérience par ces mots, ce qui confère au film une dimension à la fois allégorique et proprement réaliste : « Je me suis laissé pousser les cheveux. Je me suis laissé pousser les ongles. J’étais sale. Je ne me lavais pas les cheveux. J’ai perdu un peu de poids, parce que j’avais conscience de l’évolution de mon personnage. Sa transformation devait être tangible. Chaque jour, je m’endurcissais, je m’enfonçais dans le personnage, dans son corps, dans son apparence, dans son odeur. » 

Cage dorée vs cellule de prison

Le spectateur entre avec Nemo dans l’appartement spacieux, lumineux, moderne et empli d’œuvres d’art et il assistera, médusé, à sa destruction puisque son occupant, pour survivre, va se trouver dans l’obligation de détruire des objets, notamment des œuvres d’art pour tenter de trouver une issue, ou pour adapter le réel à ses besoins. A la fin du film, l’appartement est dévasté dans un silence inquiétant qui est celui du personnage pris au piège et privé de tout dialogue et de tout contact avec ses semblables. C’est un film particulièrement réussi qui nous place avec Nemo dans une situation inquiétante qui est celle de notre place dans le monde moderne alors que nous devons tous subir de plus en plus de pressions numériques et médiatiques. Film sans parole, A l’intérieur pose nécessairement plusieurs questions sur notre place, sur celle de l’âme et du corps, et sur notre adaptabilité. « Un regard ironique sur la possibilité que nos cages dorées deviennent des cellules de prison, déclare Vasilis Katsoupis dans le dossier de presse. Une vision brutale du côté sombre du luxe. Une étude sur la perception du monde réel, et comment cette perception peut basculer à la suite d’un stimulus inattendu. Et, enfin et surtout, un point de vue cinématographique sur l’art contemporain, le mode de vie qui lui est associé et sa réelle valeur. » 

En compagnie de l’art contemporain

De plus, outre ces qualités, le film pose la question originale de la place et du devenir de l’art dans nos vies. Sans commissaire d’exposition, le film se donne (y compris jusqu’à la fin) comme une galerie dans laquelle les œuvres d’art exposées seraient en danger. Le réalisateur, Vasilis Katsoupis, assisté du curateur d’art italien, Leonardo Bigazzi, a voulu que les œuvres d’art soient réelles et de nombreux artistes ont accepté spontanément de les prêter tout en sachant pertinemment qu’elles pourraient avoir d’autres finalités dans la trame narrative du film. Certaines vont en effet servir à Nemo pour s’adapter à son enfermement ou seront même détruites pour tenter de s’évader, ainsi pour la porte d’entrée qui sera détruite en partie par un Nemo désespéré. Qu’elles soient de Maxwell Alexandre, d’Adrian Pica, de Rayyane Tabet ou de Maurizio Cattelan, toutes les oeuvres ont ici leur importance comme témoins de notre monde civilisé. Film profond, A l’intérieur devrait permettre de faire le point sur le l’art et le monde moderne, ainsi que le réalisateur nous y invite dans le dossier de presse : « Si nos besoins premiers n’étaient pas assouvis, l’art aurait-il autant d’importance ? Que signifie l’art, sorti de son contexte ? Peut-être n’est-ce qu’un symbole, une ombre de la vraie vie à laquelle on choisit de donner de la valeur, sur la base de notre perception sophistiquée ? Sommes-nous capables de sortir du carcan de la perception altérée pour voir une vérité objective ? Dans quelle situation devons-nous nous trouver pour réussir à sortir de ce carcan ? La réponse pourrait-elle résider dans la nature rédemptrice de l’art ? » 

Titre original : Inside

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Genre :

Pays : , ,

Durée : 105 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).