Un Eté 42 (Summer of 42)

Article écrit par

Souvenir d’un adolescent perturbé par ses premiers fantasmes amoureux.

DVD Disponible à la vente le 11 mars 2008 – Seven7

Tel un souvenir délavé par les traces du temps, Eté 42 s’ouvre sur des vieilles photographies des années 40. Les images nous montrent une paisible petite ville américaine sur une île, dans laquelle le récit va évoluer. Loin du centre ville, trois jeunes adolescents, Bernard, Oscar et Herbert, arpentent le bord de mer, où ils s’amusent en toute liberté. Ce trio terrible et insouciant s’épanouit loin des réalités de la guerre qui touche l’île et emporte les jeunes hommes loin de leur compagne et leur foyer. Un drame vécu par Dorothée, une jeune femme qui se retrouve seule dans sa maison.

Sur cette toile de fond narrative s’installe une intrigue torturée et mélancolique du souvenir d’Herbert. L’adolescent de 15 ans se met à convoiter les charmes et la maturité de Dorothée. Poussé par Oscar, les deux adolescents rêvent secrètement d’une première relation sexuelle.
Les désirs refoulés se poursuivent, entre achat de préservatifs pour Herbert et première approche vers une fille pour Oscar. Leur quête est toutefois lente et maladroite. Leurs fantasmes vont plus loin que de simples rêves adolescents. Herbert lie une relation amicale avec Dorothée. Le film joue sur les sentiments amoureux du jeune Herbert. L’intrigue s’apparente à un ancêtre de « teen-movie », entre récit d’apprentissage sur la sexualité et souvenir mélancolique d’un jeune adolescent. Cette confusion aboutit à des révélations inattendues.

La relation adultère et les sentiments libertins du jeune homme sont autant de thèmes abordés qui restent définitivement à l’état d’ébauches, ne parvenant jamais à une conclusion. La musique redondante donne au film une couleur rose bonbon qui lasse par sa simplicité harmonique. La scène finale tente d’apporter un discours moralisateur à l’histoire mais s’échoue dans une candeur psychologique ennuyeuse.

Titre original : Summer 42

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 104 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.