Select Page

Things People Do

Article écrit par

Drame intimiste sur les traces de Breaking Bad » et sous influence malickienne. »

C’est l’histoire des tours inattendus du destin, des choses que font, sans y penser, les gens acculés – “things people do” donc, et pour une fois, le titre adopté pour la sortie française est peut-être plus à-propos que l’original, After The Fall. C’est l’histoire de Bill, un père de famille bien sous tous rapports, qui perd son boulot du jour au lendemain et qui, un après-midi de désœuvrement, presque par hasard, se retrouve à braquer un couple pour lui soutirer un peu d’argent. L’affaire est facile, la tentation de recommencer grande : alors Bill se prend au jeu, choisit ses victimes, ici une station-service dont le gérant est un salaud fini ; là un garage où travaille un mécano sans scrupule. S’ensuite une double vie pour sauver les apparences (sa femme et ses enfants ne savent rien, même pas qu’il est au chômage), tandis que son amitié naissante avec un flic esseulé menace d’exposer son secret. Things People Do est le premier long métrage en tant que réalisateur de Saar Klein, monteur de son métier, qui a notamment œuvré chez Terrence Malick (La Ligne Rouge, 1999 ; et Le Nouveau Monde, 2005).
Bien moins lyrique que Malick, Saar Klein a pourtant bien été influencé par le cinéaste – de lui, il garde une grande attention aux détails, particulièrement dans les oppositions entre la société et la nature. Things People Do, de fait, est entièrement ponctué de plans larges et fixes, baignés dans une lumière terne, comme poussiéreuse, sur un environnement hostile (nous sommes au Nouveau Mexique), une nature qui semble grignoter sur la ville installée au milieu du désert. S’il n’a pas le même génie que Malick d’un point de vue de l’image, le sens du cadre est soigné, notamment dans la manière dont il filme l’eau, prépondérante, et ici représentative, par le biais d’une piscine, des privilèges banlieusards. La charge symbolique est malheureusement souvent trop lourde, à l’instar de la scène où, pour se punir de ses agissements, Bill remplit le bassin d’un trop-plein de corps, se brûlant le corps – acte d’auto-contrition qui résume le motif du film, à savoir la place de la morale dans la société et les tiraillements entre sens du devoir (ici, mettre sa famille à l’abri du besoin) et possibilité de la mise en application scrupuleuse de l’honnêteté dans une société corrompue.
 

 
L’argument est loin d’être neuf, mais le film s’en tire mieux sur ce terrain-là, grâce à l’interprétation solide de Wes Bentley – l’acteur, découvert dans American Beauty (2000), joue avec subtilité cet entre-deux invivable entre les apparences et le dedans, anti-héros absolu dont les conflits intérieurs se lisent sur un visage sans cesse paniqué bien qu’a priori impassible. Dans ses meilleurs moments, Things People Do évoque Breaking Bad : le lieu de l’action n’y est évidemment pas pour rien, la série de AMC se déroulant elle aussi à Albuquerque, mais le film partage la même inquiétude, la même trajectoire insensée de l’anonymat à la criminalité. Il n’a, bien sûr, pas le temps de déployer son ambition avec la même grandeur, et il trébuche en fin de parcours sur une ambiguïté qui désamorce ce qui faisait son intérêt. Reste une illustration plutôt fine de l’écartèlement moral d’un homme, pour qui le cauchemar pavillonnaire n’est pas la moindre des violences.

Titre original : After the Fall

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 110 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.