Terrifier 2. Combo Blu-Ray UHD 4K + Blu-ray chez ESC.

Article écrit par

Moins glauque mais plus sadique que dans le premier opus, Art le clown redouble toujours d’imagination pour tout déchiqueter sur son passage.

Début 2023, l’arrivée de Terrifier avait grand bruit. Une très belle surprise pour tous les fans de slashers gores déjantés. Pas  surpris – depuis Carpenter – par le fait que la fête d’Halloween  puisse aiguiser l’appétit d’un tueur en série sans aucune limite. Pas surpris – depuis Stephen King – par le fait qu’un clown puisse être l’ambassadeur des ténèbres. Mais surpris par le fait qu’un réalisateur puisse encore  scotcher son monde avec une telle désinvolture et un tel mauvais esprit, à une époque où le formatage et la bien-pensance étouffent dans l’œuf le moindre écart de conduite. Pour rester indécent, Damien Leone ne pouvait décemment se contenter d’utiliser exactement  les mêmes ingrédients pour sa nouvelle mixture sanglante. Certes, c’est toujours Art, ressuscité après son autopsie, qui,  sur son chemin va plaisamment trucider toutes les âmes animées de bonne volonté, mais il sera assisté ici par The Little Pale Girl, une enfant aussi déjantée et savamment grimée que lui.

Tout en gardant son tropisme trash et sadique, Léone reformate son univers. Au niveau du décorum, le premier épisode jouait à fond la carte de la sobriété, celle d’une épouvante fauchée qui s’épanouit dans  des décors minimalistes et des éclairages de chantier. Dans cette deuxième nuit d’Halloween, les couleurs chaudes scintillent pour surligner l’opposition entre l’esprit bigarré de l’une des soirées les plus attendues de l’année et la noirceur des festivités organisées par clown. Saturation des couleurs à visée parodique  dans la scène la plus déjantée du film : un rêve où Sienna – le personnage principal -, déguisée en Dorothy du Magicien d’Oz participe à une pub pour un fast food qui est heureux de vendre de « la merde » car les clients viennent uniquement pour s’éclater. Dans le premier volet de la franchise, le cynisme était uniquement « gratuit », il prend à présent des allures de satire et de critique sociale, tout en étant toujours  autant jouissif. Autre changement majeur, le récit se voulant plus ambitieux, tous les personnages ne sont plus destinés  à n’être que de la simple chair à saucisses. Par conséquent, le clown-boucher va passer une bonne partie de son temps dans l’ombre, pas simplement  pour attendre le moment crucial – très peu d’apparitions surprises -, mais pour laisser à ses proies le temps de vivre une  existence digne ce nom : les traumas de la famille de la famille de Sienna – une Lauren LaVera très convaincante – possèdent une réelle épaisseur.  Contrairement à un bon nombre de slashers lambda les victimes ne sont ni stéréotypées ni stupides. Cette empathie rend encore plus cruelle et sadique l’horrible sort qui les attend, dans un final qui n’en finit pas de finir, un festival pour les yeux. Au total, le film flirte avec les deux heures vingt. De quoi marquer un changement de dimension ; du petit film fauché et drôlement malin vers l’elevated horror. Très attendu, le prochain épisode  de la franchise, bientôt programmé, tranchera : embourgeoisent du clown ou retour aux sources ?

 

Terrifier 2. Combo Blu-Ray UHD 4K + Blu-ray chez ESC depuis mi décembre.

 

 

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre : ,

Pays :

Durée : 138 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Remorques. Sortie Blu-ray/DVD chez Carlotta

Remorques. Sortie Blu-ray/DVD chez Carlotta

Quittant la rade de Toulon et l’atmosphère délétère et gangrenée qu’il instille dans « L’étrange monsieur Victor », Jean Grémillon choisit celle, embrumée, de Brest où il s’attelle à dépeindre l’ épopée maritime tumultueuse des sauveteurs des cargos en perdition. Le réalisme est saisissant, porté par la romance chavirante du réalisateur et la poésie incantatoire des dialogues de Jacques Prévert.