Select Page

Sergio Leone

Article écrit par

A l’occasion de la rétrospective qui lui est consacrée à la Cinémathèque française, le Coin du Cinéphile revient sur l’art de Sergio Leone.

Avec une filmographie officielle se résumant à seulement sept films, l’empreinte de Sergio Leone demeure immense. Le premier élément qui frappe chez le cinéaste est son iconoclasme. Il démarre sa carrière en déconstruisant avec truculence le péplum dans Le Colosse de Rhodes (1961) avant de révolutionner le western. Le jeune spectateur fut ainsi frappé par la violence, la truculence latine et la manière d’iconiser par le gimmick formel et sonore des personnages et situations archétypaux du genre, notamment dans la trilogie de l’Homme sans nom : Pour une poignée de dollars (1964), Et pour quelques dollars de plus (1965) et Le Bon, la Brute et le truand (1966). A l’image d’un de ses plus fervents disciples Quentin Tarantino, cet iconoclasme passe par une compréhension et un fétichisme des codes cinématographiques (l’inspiration du western et du cinéma américain au sens large qui se ressent pleinement sous les outrances, le hiératisme du cinéma japonais) brillamment décalés pour donner une formule unique et personnelle.  Cela inspirera une certaine méfiance critique avant que cette approche ne révèle – même si cela pointait en filigrane dans la trilogie – une émotion à fleur de peau qui ne se déploie pleinement que dans l’emphase narrative et esthétique.

La rigueur historique se révèle constamment sous l’excès, et la grandiloquence se marie à l’intimisme dans les adieux de Leone aussi bien à un Ouest mi-réel mi-fantasmé qu’à son genre cinématographique de prédilection dans Il était une fois dans l’Ouest (1968). C’est également une vision du monde rattachée à l’humain, à l’amitié plutôt qu’à l’idéologie qui magnifie Il était une fois la révolution (1971). Tous ces éléments atteindront une forme de perfection et d’épure dans l’apothéose et la conclusion que constitue Il était une fois en Amérique (1984). Sergio Leone se révéla comme un génie par la forme ludique, picaresque et opératique, cette outrance servant une mise à nu poignante qui lui fit atteindre définitivement la grandeur.

Notre compte-rendu de l’exposition que lui consacre la Cinémathèque française figure ici.

Bonne lecture avant un Coin du cinéphile consacré à « La lutte des classes » au cinéma !

Réalisateur :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?

Made In Bangladesh

Made In Bangladesh

Made in Bangladesh est un film en lutte, qui s’attaque à de nombreux sujets politiques, sociaux et économiques, mais avant tout profondément humains, et qui ne le fait pas sans une certaine finesse ni une certaine beauté.