Select Page

P.S. I Love You

Article écrit par

Suite à la mort de Gerry, avec qui elle formait un couple épanoui, Holly sombre dans la dépression. Mais des lettres, rédigées par Gerry avant sa mort, permettront à la jeune femme de faire doucement son deuil.

Un couple sort du métro en se chamaillant. Elle, marchant devant lui à vive allure, ignore son compagnon. Une mise au point dans l’intimité de leur appartement permettra à Gerry et Holly de se réconcilier. Ce seront les seules images du couple dans son quotidien que nous verrons. Car juste après le générique, le film s’ouvre sur les funérailles de Gerry.

Cloîtrée dans son appartement, Holly reçoit, le jour de son anniversaire, une cassette audio sur laquelle Gerry lui a laissé quelques mots. Des messages (qui se terminent tous par P.S.: I love you), il y a en aura d’autres, dans la boîte aux lettres ou ailleurs. Testament qui résonne de l’au-delà, il épaulera Holly au fil des saisons. Gerry revit à travers ses propres mots. Il apparaît à l’image, aux côtés de sa femme, lorsque celle-ci prend connaissance de ses courriers. Présent malgré tout, Gerry sera le compagnon fantomatique de la renaissance d’Holly. Même dans la mort, il ne l’a pas abandonnée.

Sans grandes innovations au niveau de la mise en scène ou de l’esthétique, le film fonctionne à merveille. Les personnages principaux et secondaires sont touchants et attachants. Chacun occupe une place bien importante aux côtés de la veuve. Les moments drôles arrivent à point nommé pour dédramatiser, comme si les situations caustiques pouvaient même faire rire le défunt. L’image conserve une certaine douceur malgré les douleurs, le bien-être et la guérison d’Holly ne pouvant pas s’accomplir dans la violence. La lecture des lettres ou la simple évocation de Gerry sont accompagnées par le son de violons. D’une simplicité enfantine mais d’une efficacité redoutable !

Titre original : P.S. I Love You

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 126 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.