Select Page

Nouveau départ

Article écrit par

Un « feel good movie » qui remplit son contrat, mais qui s´enlise dans un épilogue trop plein de bons sentiments.

Cameron Crowe est amateur de drame humain. On lui doit notamment le culte Presque Célèbre et l’agréable comédie romantique Rencontre à Elizabethtown. Aujourd’hui, il revient avec un film familial, Nouveau départ, où il raconte l’histoire d’un père, veuf, qui tente de pallier le manque d’affection de ses enfants en prenant un « nouveau départ ». Un feel good movie taillé par et pour le public américain et qui en a tous les vices, sans être au fond vraiment mauvais.

Il est difficile de critiquer un film comme Nouveau Départ : agréable à regarder, Cameron Crowe sait raconter des histoires de façon fluide et sans vraiment de temps mort. On a donc, a priori, rien à redire sur ce film qui remplit son contrat à la perfection : scénario équilibré entre les moments d’émotions et scènes dramatiques, jeux de lumière parfaitement orchestrés, violons pour la BO, acteurs bankable (Matt Damon et Scarlett Johansson)… Alors, sans être un mauvais film, Nouveau départ nous donne simplement l’impression de connaître la partition sur le bout des doigts : on voit arriver les situations et les scènes de très loin, on pourrait même faire les dialogues entre les acteurs avant même qu’ils n’aient ouvert la bouche. Certes, Nouveau départ en ravira plus d’un, surtout parmi les enfants. Le réalisateur, dans une mise en scène honnête, montre une ribambelle d’animaux : serpents, ours, tigres, zèbres, singes… et passe en revue la palette des sentiments humains. Il maîtrise parfaitement son art et sait sur quel bouton il faut appuyer pour faire rire ou pleurer. Mais, une pointe d’inattendu et de folie aurait peut-être permis de servir le film et d’étonner le spectateur…

Reste l’atout charme de ce film, celle qui nous fait même oublier Scarlett Johansson, haute comme trois pommes, Maggie Elizabeth Jones, l’interprète de Rosie, la petite fille. Sa bouille craquante, ses cheveux blonds et ses répliques (notamment le « Yeah ! We bought a zooooo ! ») feraient fondre n’importe qui ! Elle donne la réplique à un Matt Damon et à une Scarlett Johansson peu habitués du genre, mais qui s’en sortent pas mal. Enfin, Thomas Haden Church joue la carte humour et c’est de lui dont les meilleures situations comiques découlent.

Malheureusement, Crowe ne sait pas conclure son film et prolonge une éternité l’épilogue de son histoire jusqu’à se perdre dans des affres sirupeuses et gnangnan à grand renfort de rayons de soleil et de musique grandiloquente. C’est dommage, car on aurait pu rester sur une bonne note et sortir de la salle avec le sentiment d’avoir vu un feel good movie agréable, au lieu d’être atterré par ce déballage de bons sentiments.

 

Titre original : We Bought A Zoo

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 123 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

ADN

ADN

Le cinquième long-métrage de Maïwenn, se voulant généreux et sans frontières, nous montre les ficelles d’un cinéma narcissique, arrivé à épuisement de son style, qui se cantonne au degré zéro du réel. S’il tente de nous dire que chacun est le fruit d’une histoire, on se retrouve pourtant englué dans un présent où les dialogues et les corps n’ont aucun sens.

L’Avventura

L’Avventura

Avec ses tableaux panoramiques délavés par les embruns, L’Avventura reflète l’âpreté de la relation amoureuse entre homme et femme dans une comédie moderne des faux-semblants. Le film se revoit comme la déambulation contrariée de Claudia, muse antonionienne, déroulant un fil d’Ariane sans issue véritable dans l’écheveau des subjectivités. Plus troublant que jamais en version restaurée.

Manhunter

Manhunter

La ressortie d’un classique du répertoire hollywoodien, avec ce thriller de Michael Mann, est un voyage nostalgique et immersif dans les années 1980