Select Page

Mistress America

Article écrit par

Le nouveau Noah Baumbach, belle comédie nostalgique entre rêves enfouis et fascination culturelle.

“You used to be so nice!”, se lamente Tony auprès de Tracy aux trois quarts du film. Il est vrai que, quand débute Mistress America, Tracy est plutôt très sympa, jeune femme de dix-huit ans fraîchement débarquée à New York pour y suivre des études de lettres. Tenues casual et culture romanesque en bandoulière, elle rêve d’intégrer le club Mobius, qui publie des nouvelles d’étudiants : première déconvenue, puisque son texte n’est pas retenu, et que Tony, qu’elle aime bien, se met en couple avec Nicolette, horrible petite-amie jalouse pour rien (“On parle de spaghettis !” “Que tu vas lui mettre dans la chatte ouais”). C’est avant qu’elle rencontre Brooke, trente ans tout juste et bientôt demi-soeur grâce au prochain mariage de la mère de l’une avec le père de l’autre. Révélation : Brooke est géniale, habite dans un loft “commercial à usage d’habitation” qu’elle squatte plus qu’elle n’habite, parle comme une mitraillette avec des phrases qui font mouche et toujours inspirées, jongle entre trois petits boulots en attendant les investisseurs pour ouvrir son restaurant à Williamsburg “où on pourra aussi se faire couper les cheveux”. Canon hipster donc, et grande soeur rêvée qui lui ouvre d’emblée les portes d’un New York fantasmé où on monte sur scène avec la scène musicale indé et où les idées éclosent à la minute, même si on en met rarement la moindre en application.

Nous sommes chez Noah Baumbach, où l’utopie se fracasse rapidement sur le quotidien : les idéaux de la jeunesse, chez le réalisateur de Greenberg (2010) et des Berkman se séparent (2006), n’ont qu’un temps. Et “parce que j’étais amoureuse d’elle”, Tracy devient bientôt aussi égocentrée et désagréable que son nouveau modèle – qu’on est incapable, c’est le sujet du film, de détester. Car Mistress America, récit d’apprentissage de la vie d’adulte, est avant tout le récit d’une fascination pour une aînée : l’amour est aveugle, et peu importe que Brooke n’écoute rien (mais “j’entends tout”, assènera-t-elle par la suite) ou qu’elle évacue d’un revers de main les doléances d’une ancienne camarade de classe qu’elle a “traumatisée”, elle est l’idéal à atteindre. Le film est ainsi l’envers de While We’re Young, précédent long – bien moins subtil – de Baumbach : à l’obsession de la jeunesse (Ben Stiller et Naomi Watts se mettaient à copier un jeune couple de vingt-cinq ans) succède l’empressement d’être à l’âge où les choix se font pour soi-même, fussent-ils néfastes.

 

Dès lors, Mistress America danse sur un fil vertigineux, entre éblouissement – pour Tracy mais aussi pour nous – et détestation – le fait qu’on puisse aisément se reconnaître dans ces personnages imbuvables n’y est sans doute pas pour rien. Et c’est bien le plus intéressant, puisque ni Baumbach ni Greta Gerwig, couple à la ville, ne sont dupes de l’agacement qui peut naître de l’observation d’une vie qui est, aussi, la leur : lettrés, cultivés et cinéphiles, ils ont co-écrit un film qui leur ressemble certainement, où la notion de power couple (eux) ou de it girl (Brooke) est autant admirée – par convoitise – que raillée. En témoigne la scène centrale, très étirée dans le temps, dans une villa de la lointaine banlieue new yorkaise. Y vivent la “nemesis” de Brooke, ex-meilleure amie qui lui a piqué une brillante et lucrative idée de T-shirts “à fleurs agressives”, et son mari, “personne sur lequel on écrivait des papiers dans le New York Times” et qui n’est autre que son ex, aujourd’hui relégué à une vie saine, où les copines enceintes viennent faire des groupes de lecture (on n’y échappera pas) tandis que la marijuana est reléguée au frigo.

Toute la scène est cynique, mais aussi franchement hilarante, Baumbach ayant eu l’idée audacieuse de la monter en vaudeville : littéralement, les plans clippesques et léchés du début laissent place à une mise en scène théâtrale, dans laquelle les personnes entrent et sortent du cadre, et enchaînent leurs lignes de dialogue à un rythme effréné. Quelque part entre un épisode de Girls (la série de Lena Dunham) et une screwball comedy, la séquence fonctionne à plein, avant de se ponctuer par une révélation qui fera retomber l’excitation mais pas l’intérêt du film. Car dans son tout dernier tiers, Mistress America, oeuvre maligne, abat toutes ses cartes pour devenir tour à tour critique de l’autofiction, parfois entreprise ogresque de s’approprier la vie de quelqu’un d’autre ; et beau portrait d’une jeune femme (Tracy) confrontée à une crise d’identité, soucieuse de grandir vite mais désormais consciente de la nécessité de se construire par soi-même, autrement que par décalque.

 

Là où While We’re Young échouait à faire preuve d’autre chose que de méchanceté pour se dédouaner d’être un film hipster, Mistress America embrasse bien plus sincèrement son statut d’objet cool et de désir. Greta Gerwig, scénariste et actrice, n’y est pas pour rien : jamais encore elle n’avait si bien joué l’ambiguïté entre amabilité et franche antipathie, aidée par une gestuelle burlesque qui la caractérise et qui lui permet ici de littéralement habiter son personnage. Elle est prodigieuse, reine de comédie et fine auteure dont on attend avec impatience la suite : sa Brooke est la BFF (best friend forever) qu’on aimerait tous avoir, et dont les rêves déchus donnent presque envie d’accomplir les nôtres.

Titre original : Mistress America

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 84 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…