Select Page

Mes amis, mes amours

Article écrit par

Quand le célèbre best-seller de Marc Lévy « Mes amis, mes amours » est adapté au cinéma… avec une belle distribution d´acteurs. Dans la famille Levy, on demande la soeur, qui passe ici à la réalisation d´un ouvrage de son frère. Résultat : mitigé.

L’histoire est simple : deux meilleurs amis (Mathias et Antoine), trois femmes (Sophie, Yvonne et Audrey) et une ville (Londres) ! Au travers de vues londoniennes mémorables, elle raconte l’amitié qui existe entre Mathias et Antoine sur fond de comédie romantique.
"Mes amis, mes amours", c’est avant tout le récit de l’humanité qui unit ces différents personnages.
Un Parisien (Mathias), divorcé et père d’une petite fille, s’installe dans le quartier français de Londres et partage un appartement avec son meilleur ami (Antoine), divorcé également et père d’un garçon. Tout le film est basé sur ce quiproquo (ce couple qui n’en est pas un), mêlant ainsi comédie et romantisme.

Cette bonne distribution contribue essentiellement à une adaptation sans fausse note des personnages principaux…Mais quand on a lu le livre, on ne s’attend pas forcément à ces acteurs, ces jeux de rôles…
Tout d’abord, les deux amis, pères divorcés : Vincent Lindon (Mathias) est égal à lui-même. Toujours aussi horripilant quel que soit le rôle, Vincent Lindon ne semble jamais changer sa méthode d’interprétation (tics légendaires, un peu moins prononcés toutefois). Il joue Mathias, divorcé, toujours amoureux de son ex-femme, et se laisse très vite submerger par ses émotions.
Pascal Elbé campe, lui, un maniaco-dépressif (Antoine) très attachant qui ne croit plus en l’Amour depuis son divorce. Il se consacre donc à son métier d’architecte, à son fils et… au ménage ! Conséquence : plus délicat avec son éponge qu’avec les femmes. Il est parfait dans ce personnage, un rôle taillé pour lui. Pascal Elbé a une aisance exemplaire pour briller dans chacune de ses interprétations.

Restent les trois filles : Florence Foresti est resplendissante en Sophie, jolie petite fleuriste secrètement amoureuse d’Antoine. Ses répliques féministes sont toujours aussi cocasses. Florence Foresti est décidément la nouvelle grande comique française.
Virginie Ledoyen dans le rôle d’Audrey, journaliste de passage dans la capitale, est linéaire et sans piquant : une interprétation déjà vue, le même regard (qui se veut désirable) et une voix grave, similaire à ce que nous avons déjà entendu.
Et la meilleure pour la fin, Bernadette Lafont, superbe actrice, interprète formidablement le rôle d’une patronne de bistrot français fumeuse de joints et qui souhaite protéger toute cette « famille ».

Lorraine Lévy a adapté trop sommairement le roman de son frère, mettant surtout l’accent sur l’histoire d’amour de Mathias et sur la vie monotone de son meilleur ami. Toutefois, l’ambiance et les personnages, qui font l’essentiel du best-seller de Marc Levy, sont présents. La musique est même quasiment trop présente à chaque minute du film, bien que celle-ci nous mette littéralement dans le folklore anglais. Mais Londres, où es-tu ? Dans le roman, la capitale anglaise et ses habitants étaient beaucoup plus réels, ainsi que la pluie, omniprésente. Dans le film, au contraire, l’action est trop cloisonnée dans ce quartier français et l’appartement des deux amis (surtout dans leur salon). Le film perd peu à peu sa crédibilité alors que le livre, lui, était très bien écrit.

Trois ans après son premier film, La Première Fois que j’ai eu 20 ans, Lorraine Lévy adapte le célèbre best-seller écrit par son frère mais n’arrive pas à transporter le spectateur.
Inquiète, Lorraine Lévy rêvait de l’esprit des Chroniques de San Francisco mais craignait de « trahir artistiquement ce roman ». Mais, qu’elle se rassure, tout est pareil : rires, coups de gueules, de blues, pleurs et sentiments (bâtissant les trois quarts du film).
Coincée dans une rue Made in Notting Hill entre la librairie, le fleuriste et le bistrot so french, cette comédie plus que romantique manque de rythme, d’originalité et de réalisme. Comme le dit si joliment Charles Aznavour, « Mes Amis, mes amours, mes emmerdes… »

Sortie le 2 juillet 2008

Titre original : Mes amis, mes amours

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 99 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Derniers Chrysanthèmes

Derniers Chrysanthèmes

« Derniers chrysanthèmes » fait implicitement allusion à la floraison tardive dans son épanouissement qui se fane avec le temps selon un processus irréversible d’étiolement. La métaphore porte ici sur une communauté d’anciennes geishas qui ne sont plus dans “la fleur de l’âge”; ravivant leurs nostalgies dans le Tokyo désenchanté d’après-guerre. Aperçu…