Select Page

Lino

Article écrit par

Lino, bambin adorable et extrêmement attachant. Un joli film…

Lino aurait pu être un documentaire. De par son sujet et son traitement, le deuxième long métrage de Jean-Louis Milesi brouille les pistes de la trame narrative. Un homme d’âge mûr, interprété par le réalisateur, se retrouve malgré lui papa d’un bambin de deux ans (Lino Milesi), orphelin de mère depuis peu et de père biologique inconnu. Comment s’improviser père d’un enfant qui n’est pas le sien? Comment maîtriser un petit garçon, silencieux certes mais néanmoins turbulent ? L’amour en de pareilles circonstances n’est pas toujours suffisant. Il est le fils de son ancienne compagne, et ce sont plutôt les hasards de la vie et de la mort qui ont fait de lui un père de substitution. De démarches administratives laborieuses (pardon pour le pléonasme !), en apprivoisement mutuel, le quotidien de ces deux êtres est semé d’embûches et de cris d’amour. Des relations étranges, parfois violentes (la scène avec l’arme à feu est assez dérangeante), mais souvent d’une grande tendresse.

La caractère attachant du film repose principalement sur la personnalité de Lino. Un môme taquin, joueur, dont les yeux sont un cri d’amour, dont les gestes expriment l’affection qu’il ne peut dire. La relation qui s’établit entre l’homme et Lino est particulièrement touchante. Et pour cause : malgré tous leurs talents d’acteurs, la vérité des regards ne trompe pas. Père et fils à la vie, fils et père en devenir à l’écran, le choix est-il bien judicieux? Peut-être… car le souvenir filmique demeure tendre, et le film gagne en capital sympathie.

     

Titre original : Lino

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 83 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le mari de la femme à barbe

Le mari de la femme à barbe

Le mauvais goût affiché est le révélateur des noirceurs humaines semble nous dire en substance Marco Ferreri dans ce pamphlet sulfureux où il impose une vision d’intense émotion dans la soumission excessive de Maria, la femme à barbe, devenue un phénomène de foire par la cupidité de son dresseur de mari. Un film-évènement en version restaurée 4K.