L’événement

Article écrit par

Dans la France des années soixante, le chemin de croix d’une jeune femme qui veut avorter. Intime et oppressant; un drame social d’une grande force.

Une affaire de femmes

Portrait d’une jeune fille enceinte; procès d’une société malade. Un corps médical  se réfugiant dans  le mensonge et la lâcheté pour justifier leur sermon d’hypocrite. Une société où même la jeunesse tourne le dos à la compassion et  rejette l’idée pure du plaisir, sclérosée par un discours moral hors de tout entendement. Une population française phagocytée par une législation  selon laquelle l’avortement est passible de la peine de mort. Période faste et innocente généralement sublimée par l’imagerie cinématographique, sous le regard d’Audrey Diwan, la France des Yéyés revêt les couleurs les plus sombres de notre histoire. Une photographie aux teintes délavées et exsangues, aux reflets sombres.  Atmosphère de l’Occupation, rappelant celle d’ Une affaire de femmes (1988), dans lequel Chabrol abordait la même thématique dans son dénouement le plus tragique. L’histoire d’ Anne (Anamaria Vartolomei) est celle d’une résistante en temps de guerre, luttant dans la clandestinité pour sauver son avenir. Parmi l’entourage de la jeune femme, quel que soit leur sexe ou leur âge, trop rares sont ceux qui sont prêts à l’écouter, plus rares encore sont ceux qui veulent  l’accompagner dans son combat pour la dignité et la liberté. Seule une faiseuse d’anges (saisissante Anna Mouglalis) acceptera contre quelques centaines de francs de se livrer à l’opération salvatrice. À l’instar de son héroïne Audrey Diwan ne perd pas son temps en conjectures pour une lecture psychologique ou sociale de la situation. Le poids de l’environnement s’impose grâce à des arrières plans très judicieux et des personnages secondaires  bien dessinés.

 

Encagée

Caméra à l’épaule, dans le tempo sous-pression de la jeune femme, une course contre-la-montre rythme le récit. Très habilement, grâce à un montage qui se veut plus fluide plus que nerveux, l’immersion ne tend jamais vers l’essoufflement. Le point de vue subjectif que le sujet impose (récit autobiographique) ne cherche pas à forcer l’adhésion mais vise à traduire l’ampleur et les cycles de ce drame intérieur, la révolte succède à la stupéfaction, la placidité triomphe des larmes. Déjà prégnante dans L’échange des princesses, la richesse émotionnelle d’ Anamaria Vartolomei nous emporte sans réserve.  Se sachant condamnée d’avance par La Morale Publique, la sensibilité d’Anne est exacerbée. Le format 4/3 de l’image qui se veut en tout protecteur prend des allures de prison mentale. Renfermement justifié ou  simple paranoïa ? Les regards qui scrutent et se détournent, les bienveillances de façade, il y a du Polanski dans cette Anne’s Baby. Sans pour autant qu’il ne soit réellement  permis de douter de la force de la lucidité qui caractérise l’héroïne. La dimension  intimiste de certaines situations semble nous conduire vers un terrain organique qu’aime à explorer un David Cronenberg ou plus récemment une Julia Ducournau. Mais Audrey Diwan donne ici naissance à une œuvre foncièrement singulière et personnelle.

 

 

 

 

 

 

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).