Les Yeux de Julia

Article écrit par

Dernier-né d´un cinéma de genre espagnol en vogue mais plutôt décevant depuis quelques années, « Les Yeux de Julia » surnage un temps, puis retombe.

« Guillermo del Toro présente », « Le nouveau thriller des producteurs de L’Orphelinat ». Les Yeux de Julia, deuxième long-métrage du jeune cinéaste espagnol Guillem Morales, comme l’indiquent ces accroches un brin racoleuses inscrites sur l’affiche surfe sur la vague du fantastique espagnol contemporain. Celui-ci, à l’image de ses deux figures de proue que sont Amenabar et del Toro, articule inquiétudes contemporaines (en vrac et parmi beaucoup d’autres, contrôle du corps par la médecine, développement de maladies insidieuses, couverture quasi-totale du monde par les médias…) et angoisses plus archaïques appréhendées à travers le prisme du conte. Ce cinéma de la peur a su produire quelques films relativement réussis (Tesis, Ouvre les yeux), mais essentiellement nombre d’œuvres anonymes et sans inspiration. Les Yeux de Julia, s’il parvient de justesse à s’extraire de la dernière catégorie par ses qualités, n’en demeure pas moins relativement bancal.

Sans faire preuve de la plus grande originalité, le film commence pourtant bien, plongeant son personnage principal, Julia, atteint d’une maladie dégénérescente qui lui fait perdre peu à peu la vue, dans une enquête sur la mort de sa sœur jumelle, retrouvée pendue. Alors que tout porte à croire au suicide, elle s’acharne à trouver les indices qui lui confirmeraient sa conviction qu’il s’agit là d’un meurtre. Le cinéaste prend le parti de se tenir exclusivement à son point de vue et sème le trouble dans notre perception de l’histoire. Il développe conjointement les avancées de l’enquête de Julia et son isolement croissant. La cécité progressive du personnage introduit une étrangeté qui fait naître la peur : peur du noir, du vide qui s’installe autour de soi, et peur paranoïaque de la menace qui se construit pour peupler ce vide. L’hypothèse de Julia prend un caractère obsessionnel. Sa validité met un certain temps à s’imposer. Jusqu’à ce moment-là, le cinéaste entretient le doute et l’angoisse avec une certaine efficacité.
 

Malheureusement, dans sa seconde partie, le film renonce à sa part sombre et suggestive en introduisant un serial-killer dont on se fera trop vite une idée de l’identité et des motivations. Le cinéaste y cultive de manière assez surprenante une proximité de style avec le giallo italien, entre sadisme de la mise en scène et imagerie glauque et, s’il exploite intelligemment quelques bonnes idées – celle par exemple de maintenir caché ou dans l’ombre le visage d’un personnage trop attentionné pour ne pas paraître suspect –, cède hélas trop souvent à des facilités de scénario en répétant des situations de terreur équivalentes, sans y introduire de réelles variations. Il manque ainsi une vocation essentielle au genre, qui lui permet normalement de se défaire sans regrets d’une part de la vraisemblance de l’histoire, à savoir une imagination formelle qui privilégie l’expérience sensorielle. Face à la mécanique froide et professionnelle qui se déploie ici, c’est la lassitude qui prend le dessus. Quant à la résolution, elle est donnée avec un manque de maîtrise qui déplace le ton du film du côté de la parodie involontaire.

Titre original : Los Ojos de Julia

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 116 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.