Select Page

Les deux colonels (I Due colonnelli)

Article écrit par

L´édition dvd sauve des oubliettes de l´histoire cinématographique cette comédie italienne de 1962. Qui, sinon, se souviendrait de l´affrontement entre le stakhanovisme burlesque de Toto et le flegme tout en sobriété pince-sans-rire de Walter Pidgeon ?

Sûrement pas votre serviteur, lui qui a entamé le visionnage avec un accès de méfiance qu’il a bien du mal à justifier a posteriori. C’est que l’on était en droit de se demander si l’humour allait résister à 45 ans d’évolutions du rythme cinématographique, indéniable ressort comique. Et puis, sommes-nous en droit de nous gausser d’un colonel italien tenant ses ordres de Mussolini ? 

Il semble que oui, comment pourrait-il d’ailleurs en être autrement, lorsque le-dit colonel accumule les prouesses physiques? Son agitation fébrile en fait  un De Funès italien, la gravité solennelle (mémorable scène d’exécution où le bouffon va-t-en-guerre se métamorphose en être digne et compassionnel) et un brin de retenue dans l’hystérie comique en plus. Mais, loin d’être un véhicule dédié à ce seul acteur, le film lui oppose justement un homonyme anglais à la personnalité tranquille et imperméable à la panique. La force de ce duo, l’improbable amitié qu’ils vont finir par nouer tient dans cette opposition tant physique (si l’un est tassé, l’autre est élancé) que mentale (le calme contre l’agité).

Pour le reste, les deux colonels ont dès le départ un point commun : leurs armées sont à cours de vivres et de munitions et, tels deux Sisyphe, ils se voient condamnés à conquérir et perdre indéfiniment le village du Montegreco. Dindons de la farce de cette interminable situation, les habitants sont soit assaillis par les Anglais, soit occupés par les Italiens, attendant en toute impuissance que les deux camps rebroussent chemin. Alors, certes, nous sommes loin d’une évocation rationaliste des réalités de la guerre (le colonel Di Maggio torture les villageois en les soumettant à la coupe de cheveux et au footing) mais le statu quo que subit le Montegreco laisse transparaître une considération subtile sur le sentiment de lassitude qu’occasionnent les grands conflits, et l’introduction des Allemands donne un tour de vis entre le repenti et la prise de conscience : Mussolini n’était-il rien de plus que le pantin de Hitler ?

La question nous traversera l’esprit mais on ne se sentira pas pour autant obligé d’y répondre : si nous sommes là, c’est avant tout pour profiter d’un buddy movie à l’ancienne, auquel on s’attache sans y prendre garde. Ainsi que pour se délecter du jeu de deux comédiens dont le plaisir de l’interprétation transpire à chaque mot, et chaque geste.

Titre original : I Due colonnelli

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…