Select Page

Les Chansons que mes frères m´ont apprises

Article écrit par

Un premier film sans surprise mais attachant.

Pour son premier passage derrière la caméra, Chloé Zhao fait le choix de s’intéresser à une culture, une communauté inhérente au fondement de la nation comme de la fiction américaine : les Indiens. Motif par excellence d’un cinéma de genre nourrit aux mythes (le western), l’Indien aura été un agent du Mal voué à l’éradication, avant d’être réhabilité dans les seventies comme une victime de l’Histoire. L’extinction contemporaine du western sonne par la suite le glas de cette figure et, par extension, de la représentation des Indiens au cinéma. Diabolisés au premier chef, idéalisés ensuite, ignorés enfin – telle est l’image qui leur est réservée au fil du temps.

Avec Les chansons que mes frères m’ont apprises, la jeune réalisatrice d’origine chinoise inscrit ce peuple marginalisé dans une démarche de portrait social aux accents documentaires, leur conférant ainsi une visibilité inédite, contemporaine de surcroît. En apprenti ethnographe, elle passe quatre années auprès des Indiens de la réserve de Pine Ridge, observe, apprend, et participe à la vie en communauté, s’imprègne d’une culture, d’une atmosphère, est amenée à faire des rencontres qui nourriront les personnages de son script.
 

Sur la narration lâche et sinueuse découlant de cette expérience, elle greffe une trajectoire classique de récit initiatique – un adolescent de la réserve se retrouve tiraillé entre son désir de prendre le large avec sa petite amie et les remords à l’idée d’abandonner sa mère et sa petite sœur. Le projet puise sa richesse dans ce raccord réussi entre une tendance « réaliste » (capter des moments de vie par le recours à l’improvisation, ainsi qu’à des acteurs non professionnels dans la peau de personnages inspirés de leur propre vie) et le rattachement à tout un pan de la fiction américaine – ce qui fait des Chansons que mes frères m’ont apprises un film à la fois marginal et traditionnel, universel et typiquement américain.

Quand vient l’heure du choix final pour le jeune protagoniste, le film ne témoigne pas tant d’une résignation à vivre ses rêves, que d’une acceptation de la vie telle qu’elle est, de ses souffrances inhérentes, et d’un sens de la communauté à préserver pour une culture chaque jour un peu plus menacée d’extinction.

 

Titre original : Songs My Brothers Taught Me

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 94 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.