Les années de plomb (Volume 3). Coffret Blu ray chez Elephant Films.

Article écrit par

Magnum 44 spécial, La Police a les mains liées, Les Féroces. Trois poliziottesci pour nous plonger dans les violences qui ont gangréné l’Italie durant les années soixante-dix.

Dans ce troisième volume Les années de plomb, Elephant Films continue de réhabiliter des polars trop rapidement passés à la trappe  d’une décennie Italienne en proie à des torrents de violence. La mafia, le terrorisme, les petites frappes sans retenue,  chaque film, dans un style différent, se nourrit  de ces fléaux pour nous tenir habilement en haleine.

 Magnum 44 spécial (Stelvio Massi, 1976).

L’influence des polars musclés américains donne une dimension peu singulière, mais inspire un programme bien rodé,  pour cette lutte acharnée contre la Mafia menée par un flic aux méthodes expéditives. Importés d’Hollywood, John Saxon prête ses muscles à sa gouaille à l’irréductible Commissaire Jacovella, et Lee J. Cobb campe un Capo aveugle terrifiant. Le scénario qui ne se perd jamais en conjectures offre moult poursuites et autres affrontements spectaculaires dans les rues  de Bari – cité des Pouilles rarement mise en avant à l’écran  pour son aspect sombre et labyrinthique. Massi s’inspire du souffle de French Connection (William Friedkin,1971) pour faire faire courir tout son monde. Dans une atmosphère de Western urbain, rythmé par un thème au tempo à la Morricone,  le nihilisme à la  Dirty Harry s’impose comme le seul rempart possible contre la pègre organisée. Magnum 44 ne cherche pas à révolutionner le genre ni à viser les sommets, mais il atteint sans peiner sa cible. Que demander de plus à un policier qui veut juste bien faire son boulot.

La police a les mains liées ( Luciano Ercoli, 1975) 

Une excellente surprise. De loin, le plus réussi des trois titres. Un attentat terroriste entraine la mort de Balsamo, un collègue et ami du commissaire Rolandi (Claudio Cassinelli au charme malicieux), qui va alors mener son enquête en parallèle d’un juge incorruptible (Arthur Kennedy). Dans le rôle de Balsamo, Franco Fabrizi, qui a brillé par ailleurs chez Dino Risi, Pietro Germi, apporte une dose d’humour à un récit aussi riche en rebondissements qu’en sensibilité. Des personnages attachants, enfermés dans leurs obsessions et leurs tocs, qui  tentent de garder le cap dans un environnement corrompu à tous les niveaux. L’atmosphère délétère, les allusions prononcées ici ou là, le terrorisme est bien plus qu’une toile de fond.  » On accuse les fascistes, mais les Rouges on sait que ça vaut aussi  » lance une passagère dans un autobus. La prégnance – le triomphe même – d’un sentiment de désillusion  retranscrit le climat nauséabond d’une période trouble  » La  solitude des héros – qui plus est non solidaires entre eux – annonce l’inévitable impasse des systèmes policier et judiciaire. La police a les mains liées est un poliziottesco a rapprocher des bels ouvrages du cinéma Français sur cette thématique comme Adieu poulet (Pierre Granier-Deferre, 1975).

 

 

Les Féroces (Romolo Guerrieri,1976).

Comme dans le métrage précédent, c’est à Milan que la police ne fera pas de miracles, bien en peine pour mettre fin aux exactions d’une bande de jeunes hommes sans aucune autre motivation  dans la vie que de jouer de la gâchette pour prouver sa puissance. On braque, on tue juste pour le « plaisir » de transgresser l’ordre établi. Le moins politique des  trois poliziottesci est un road movie à la Bonnie and Clyden(Arthur Penn, 1967)– une jolie camarade viendra grossir les troupes – où la partie est jouée d’avance. Mais l’empathie n’est pas de mise, car même le  seul garçon non féroce de la bande est un navrant pleutre. Pas d’excuses sociales non plus pour ces sales gosses de riche en mal de sensations fortes. De là à percevoir une critique du capitalisme sans âme érigé en modèle de réussite durant le Boom Italien, nous ne franchirons pas totalement le pas, même si une scène où les riches parents des rejetons sont convoqués par le commissaire (Thomas Milian) s’efforce de le démontrer. Au diapason de ses personnages, la mise en scène est tranchante, exposant sèchement et  crument la violence. Somme toute, une balade sauvage transalpine qui fait froid dans le dos.

 

 

 

Lire aussi

Remorques. Sortie Blu-ray/DVD chez Carlotta

Remorques. Sortie Blu-ray/DVD chez Carlotta

Quittant la rade de Toulon et l’atmosphère délétère et gangrenée qu’il instille dans « L’étrange monsieur Victor », Jean Grémillon choisit celle, embrumée, de Brest où il s’attelle à dépeindre l’ épopée maritime tumultueuse des sauveteurs des cargos en perdition. Le réalisme est saisissant, porté par la romance chavirante du réalisateur et la poésie incantatoire des dialogues de Jacques Prévert.