Select Page

Le Redoutable

Article écrit par

Avec « Le Redoutable », Michel Hazanavicius montre encore une fois son amour démesuré pour les grands hommes, non sans humour et style.

Pas évident de s’attaquer au maître Jean-Luc Godard, encore en vie heureusement, critique, difficile et particulier. Michel Hazanavicius (The Artist, OSS 117, La Classe Américaine, The Search…) prend le risque d’animer Godard sur la base d’un livre, Un An après (2015), écrit par l’ex-femme du réalisateur, Anne Wiazemsky. L’histoire rocambolesque d’un amour entre un artiste et une jeune femme comédienne, à ses débuts, admirative. Dans les rôles titres, Louis Garrel, dont l’accent ne peut vous échapper, et Stacy Martin, la douce révélation de ce long métrage sensuel et drôle.

Alors que d’autres n’auraient jamais osé, Michel Hazanavicius l’a fait. Un film sur Godard, sur mai 68, sur l’esprit révolutionnaire, sur le cinéma d’une époque. Sans être réaliste – ce n’est pas un documentaire, sans être Godardien, Le Redoutable propose avec fantaisie et une très grande maîtrise stylistique, l’aventure d’un couple qui s’est aimé, qui a traversé des périodes historiques et intimes, qui s’est détesté. Les personnages féminins étant centraux, on se laisse vite rattraper par une joie, une bonne humeur généralisée, un genre Hazanavicius qui nous envahit. Le choix des cadres, des couleurs, les dialogues fins, les acteurs en parfaite symbiose font de ce longmétrage un excellent moment de détente, d’évasion et de distraction.

 

Bien que certaines longueurs et détachements difficiles avec la réalité viennent fausser l’esprit général du film, Michel Hazanavicius l’a emmené jusqu’en Compétition au Festival de Cannes cette année. Il ose et il se laisse aller dans un imaginaire coloré et festif, un peu comme si son cinéma était celui de la liberté, de l’aventure, de l’originalité, avec une sacrée touche française. Pourquoi ne pas se laisser tenter ?

Titre original : Le Redoutable

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 97 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.