La Nuit nous appartient

Article écrit par

Plus qu’un film de gangsters, une tragédie pétrie d’humanité.

New York, fin des années 80. Avec l’explosion du trafic de drogue, la mafia russe étend son influence sur le monde de la nuit. Bobby, patron d’une boite de nuit appartenant aux Russes, doit cacher ses liens avec sa famille dont le frère et le père sont des membres éminents de la police new-yorkaise.

James Gray persiste et signe. Après Little Odessa et The Yards, deux drames criminels exemplaires de sobriété, le jeune réalisateur new-yorkais s’attaque une nouvelle fois à un drame familial tendu, nerveux, aux allures de film noir.

L’intrigue de La nuit nous appartient a deux versants : l’analyse du monde de la nuit à une époque ravagée par la drogue, et la complexité d’un noyau familial dont les membres se déchirent pour faire respecter la loi. Occasion pour Gray d’alterner séquences intimistes et émouvantes et scènes d’action se rapprochant du réalisme des films policiers des années 70 et 80. Rien d’étonnant quand on sait que le réalisateur s’est inspiré des œuvres de Friedkin, de Coppola ou bien encore de Scorsese, metteurs en scène phares de ces décennies.

Développant un rapport étroit avec ses comédiens, Gray est avant tout un admirable directeur d’acteurs, capable d’extraire le meilleur du torturé Joaquin Phoenix ou de la retenue d’un Mark Wahlberg. Il est d’ailleurs évident que la réussite du film tient essentiellement à ces deux rôles de frères ennemis se réunissant pour la bonne cause, chacun irradiant l’image d’une émotion à fleur de peau.

Mais cette sensibilité serait gênante si elle n’était contrebalancée par l’ambiance d’une époque gangrenée par la drogue. Des avenues désertes d’un Brooklyn survolté aux boites de nuit gigantesques, James Gray s’est attaché à une reconstitution minutieuse de l’univers visuel du New York de la fin des années 80, les prises de vue ayant été tournées dans les quartiers les plus dégradés de la ville. L’atmosphère et la texture de ce vieux New York sont palpables et permettent à Gray d’ancrer plus facilement ses éléments dramatiques. Un peu comme De Palma avec Les Incorruptibles dont la reconstitution parfaite des années 30 donnait au film toute son ampleur.

Il est d’ailleurs intéressant de faire un parallèle entre la capacité du jeune Gray à investir une période en la légiférant d’un bouleversant drame humain, réussite dûe à un équilibre ténu entre une caméra à la fois rentre dedans pour les scènes d’action et pudique pour les moments d’intimité, et l’inaptitude du briscard Ridley Scott à poser sa patte dans la boursouflure qu’est American gangster. Pourtant les deux réalisateurs traitent d’un même New York touché par la drogue, à dix années de différence. Mais Ridley Scott ne s’occupe que de donner Sa vision du film de gangster, tandis que James Gray s’échine à plonger dans le film noir pour en faire ressortir toute son humanité.

On pense alors à des films comme Scarface d’Howard Hawks (1932) ou L’enfer est à lui de Raoul Walsh (1949) mâtinés de Cassavetes voire de Bergman, immenses tragédiens devant l’Eternel. Corrélation logique quand Shakespeare a été lui aussi une des sources d’inspiration du réalisateur. Il y a pire comme références… A n’en pas douter, James Gray est un futur grand du cinéma.

Titre original : We Own the Night

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , , , ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 116 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).