Select Page

La lutte des classes au cinéma

Article écrit par

En ces heures d’agitations sociales, le Coin du Cinéphile se penche sur la lutte des classes à l’écran.

La lutte des classes à l’écran s’inscrit à la fois dans des périodes de crises profondes telle la Grande Dépression des années 30 aux Etats-Unis, qui vit la naissance d’une conscience de gauche à Hollywood et des chefs d’œuvres tels que Notre pain quotidien de King Vidor – cette même période peut inspirer des films plus tardifs comme On achève bien les chevaux de Sidney Pollack. Les sociétés où sont profondément inscrits les fossés sociaux, sujet brillamment traités dans l’excellent Noblesse oblige de Robert Hamer, La Règle du jeu de Jean Renoir, La Classe ouvrière va au paradis d’Elio Petri. Ce Coin du Cinéphile explorera aussi des cinématographies peu évoquées comme l’Afrique avec Wariko le gros lot de Fadika Kramo-Lanciné, et évoquera les fulgurances formelles que la cause inspire avec Octobre de Sergueï Eisenstein.

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré à la comédie musicale !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les Lézards

Les Lézards

Prolongement moderne des “petits veaux” (Vitelloni) de Federico Fellini, “i basilischi”, ces petits rois fainéants ou “lézards”, nous transportent dans l’Italie profonde du sud où le temps s’est suspendu comme le christ s’est arrêté à Eboli. Film-découverte.

Le Magicien d’Oz

Le Magicien d’Oz

Sorti au début de la seconde guerre mondiale, « Le Magicien d’Oz » demeure encore aujourd’hui l’une des incarnations de la fabrique à rêves américaine de cette époque.

Providence

Providence

Avec “Providence”, Alain Resnais convoque un onirisme hallucinatoire, celui d’un vieil écrivain épicurien taraudé par la maladie dans une comédie grinçante sur fond de dystopie.