Select Page

La Guerre des Miss

Article écrit par

Dix ans déjà depuis le beau et poétique « La Fille sur le pont », dix ans que Patrice Leconte n´a plus retrouvé un tel niveau malgré un rythme de production stakhanoviste (en comptant le documentaire « Dogora », presque un film par an depuis 99).

Hormis le très intéressant Confidences trop intimes, Leconte aura notamment navigué entre la jolie coquille vide Rue des plaisirs, les retrouvailles inutiles des Bronzés 3 ou la comédie gentillette Mon Meilleur Ami, sans jamais retrouver la verve d’antan. Ce n’est malheureusement pas avec cette Guerre des Miss fleurant bon la comédie franchouillarde que l’on pourra espérer un redressement notable.

Pas désagréable pour autant et assez drôle par instant, le film n’en est pas moins terriblement cousu de fil blanc. Narrant la petite guerre que se livrent deux villages voisins, afin de déterminer d’où sortira la demoiselle destinée au concours de Miss France, le film ne fait que survoler les quelques atouts potentiellement intéressants pour prendre un chemin routinier et prévisible. La rivalité sociale sous jacente (Super Charmoussey regroupant les nantis, car attirant les touristes grâce à son emplacement en montagne), n’est que superficiellement abordée, la relation Poelvorde-Bonamy faite de vieilles rancœurs et de rêves adolescents avortés est tout aussi peu approfondie (et le personnage de la fille gothique de Olivia Bonamy aurait mérité un autre sort également), et c’est ainsi une comédie populaire à fort potentiel qui se voit un peu gâchée par ce manque d’implication.

Ce n’est pas un ratage intégral non plus, et le tout se laisse suivre sans ennui grâce à quelques aspects réussis. Benoît Poelvorde est très bon dans son registre coutumier du loser magnifique, imbu de lui-même et mythomane, Leconte croque avec humour le côté beauf et ringard des concours de miss tout en jetant un regard amusé et attachant sur les villageois, pour lequel tout ceci tient de la plus haute importance. Au final un résultat poussif sans être déshonorant, on espère que Patrice Leconte finira par témoigner du talent et de l’ambition qui en firent un des meilleurs réalisateurs français.

Titre original : La guerre des miss

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 89 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…