Select Page

John From

Article écrit par

A l’ombre d’une jeune fille en fleur, un beau et singulier long métrage portugais.

Une chaude après-midi d’été. Une jeune fille qui se prélasse, la peau brunie par le soleil, les pieds dans l’eau… sur le balcon de son appartement. Ainsi John From définit-il d’emblée l’enjeu esthétique qui ne cessera de le traverser : comment réinventer, dans ses limites assignées, un espace quotidien en lieu de rêverie ? Du balcon à l’ascenseur en passant par le centre communautaire au coin de la rue, l’action du film est circonscrite à un cadre relativement restreint, où le cinéaste se plaît à travailler la relation entre un sujet et son environnement. En épousant le quotidien flâneur et langoureux de la jeune Rita, Joao Nicolau pose les jalons d’un univers qui, par petites touches colorées, contredit la supposée fadeur de ce quartier résidentiel où l’histoire se déploie. Au fil de ces journées de vacances qui se suivent et se ressemblent, quelque chose est déjà là – une manière d’être et d’habiter l’instant, avec cette sorte de grâce indolente qui est le privilège d’une certaine innocence –, ne demandant qu’à s’épanouir en une forme achevée. De fait, Rita est une héroïne paradoxale : à la fois entièrement ancrée dans le présent, et pourtant inconsciemment en attente – d’un changement, d’une rupture, donc en un sens, d’une histoire.

Cette histoire, elle va naître à l’orée d’une image, croisée par hasard dans une exposition sur la Mélanésie – image qui n’est autre que celle de son voisin, organisateur de l’événement, dont elle s’éprend subitement. C’est un homme d’âge mûr, mais qu’importe : chez Nicolau, complaisance et préjugés moralisateurs n’ont aucune prise, il s’agit simplement d’esquisser la pureté d’un sentiment. Rita trouve dans la moiteur et le mystère de l’univers mélanésien le plus bel écrin à ses rêveries d’amour : dès lors, la métamorphose de l’héroïne se déploie, par contamination, à l’échelle de son milieu tout entier. Toute la beauté de John From tient là, dans cette coexistence d’un affect avec l’atmosphère qui l’a fait naître : l’éveil d’une ardeur, l’éclosion d’une féminité, sont littéralement filmés comme un envoûtement, qui prendrait sa source dans des contrées lointaines et inconnues – une manifestation magique, fruit de la rencontre avec une culture autre. Si, selon la formule consacrée, le cinéma substitue au regard un monde qui s’accorde à nos désirs, alors John From en est un reflet des plus purs.

 

L’esthétique colorée et fantaisiste, reposant sur de petites vignettes minutieusement cadrées et découpées, n’est pas sans établir un lointain cousinage avec Wes Anderson. La parenté reste cependant trompeuse : chez Nicolau, l’élasticité narrative s’accompagne d’un tempo des plus alanguissants, échappant ainsi à cette tentation de la mécanique virtuose et parfois affectée qui caractérise son aîné. On regrettera toutefois que l’aspect un peu bricolé du film joue occasionnellement en sa défaveur, le temps de certaines incursions fantastiques un peu cheap, où la finesse de la démarche se trouve quelque peu trahie. Par son travestissement du réel en pure fantaisie de jeune fille, John From se donne ainsi comme un vrai film mental, mais pas seulement. Il est aussi le lieu d’une découverte plutôt rare : celle d’un corps de cinéma, en la personne de la lumineuse et magnétique Julia Palha – une démarche, un regard, une posture, une véritable présence, dont l’éclat tempère et enrichit l’artificialité revendiquée du filmage. Tour à tour figure de lassitude ou d’énergie, de langueur ou de véhémence, c’est par elle que le ton et le rythme si singuliers du film s’incarnent pleinement. À ce titre, il faut voir comment le cinéaste filme chaque déplacement de Rita dans les rues du quartier comme autant de trajets épiques.

Objet candide et aventureux, qui trouve son identité même dans ses tâtonnements et imperfections, John From est de ces films qui nettoient le regard, où les premiers émois redeviennent le lieu de puissances occultes, quand le réel se plie aux exigences du cœur et de l’imaginaire d’une jeune fille.

Titre original : John From

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.