Select Page

Je suis venu vous dire…

Article écrit par

Merci, Serge. Un documentaire sur Gainsbourg, par Gainsbourg lui-même. Ce travail de titan mené par Pierre-Henry Salfati est un hommage réussi et une jolie manière de s´essayer à l´autobiographie, autrement.

L’homme à la tête de chou n’a pas fini d’être source d’inspiration. On se souvient du film de Joann Sfar, Gainsbourg, vie héroïque. Cette fois-ci, l’exercice consiste à réunir des archives, des bouts d’interviews, des vidéos peu connues et les assembler pour obtenir un aperçu de la vie du chanteur, par lui-même. Plus de vingt-six semaines ont été nécessaires en montage afin de réaliser ce documentaire. Et ce n’est pas moins de quatre ans essentiels à l’obtention des droits sur les images et les musiques – que l’on évalue à plus de cent dix !

L’atout de cette autobiographie revisitée : un film original, touchant, émouvant. Entendre, réentendre la voix de Gainsbourg qui se raconte donne une impression de nostalgie. Le documentaire est bien construit, les images inattendues. Seul bémol dans la réalisation, sans doute une reconstitution avec des acteurs de scènes, de « moments » de la vie de Gainsbourg. Ce mélange entre archives et reconstitution fausse légèrement le fond et l’intérêt du film : donner à voir le réel, remettre au présent la voix, la personnalité du chanteur.

Une fois la forme acceptée – ce concept de laisser Gainsbourg parler de lui-même – la lecture du documentaire se fait aisément. Le rythme lent et calme de la narration enivre, berce. De souvenirs d’enfance en coups durs, de verres en cigarettes, l’icône, la star se dérobe, se confie, telle un journal intime. Spectateur de sa vie, monsieur Serge devient intime.
 
La maîtrise du sujet par son réalisateur, Pierre-Henry Salfati, la volonté de choisir des morceaux de vie méconnus, moins vus, donnent à ce documentaire une belle tonalité, entre émotion et révérence.

Titre original : Je suis venu vous dire...

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 108 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le Magicien d’Oz

Le Magicien d’Oz

Sorti au début de la seconde guerre mondiale, « Le Magicien d’Oz » demeure encore aujourd’hui l’une des incarnations de la fabrique à rêves américaine de cette époque.

Providence

Providence

Avec “Providence”, Alain Resnais convoque un onirisme hallucinatoire, celui d’un vieil écrivain épicurien taraudé par la maladie dans une comédie grinçante sur fond de dystopie.

Rêves

Rêves

« Rêves » est un condensé d’aberrations et de chimères que se forge Akira Kurosawa au tournant crépusculaire de sa carrière. Ces projections visuelles, tour à tour agitées et apaisées, viennent assaillir sa mémoire résiliente.