Select Page

Chasseurs de dragons

Article écrit par

Belle surprise que ce long-métrage d’animation européen dont, outre ses nombreuses qualités esthétiques, l’intelligence scénaristique n’est pas négligeable.

La première chose que l’on relève, à la vue de ce film d’animation français, c’est la très grande qualité, la parfaite fluidité de sa mise en scène. Les personnages circulent dans un univers en perpétuel changement, entre jour et nuit, paradis et enfer, sans que jamais ne se manifestent une quelconque arythmie, un moindre relâchement. A priori destiné au jeune public, Chasseurs de dragons brille par la rare intelligence de ses propositions fictionnelles, l’exposition de ses situations, et surtout, peut-être le plus essentiel : l’incarnation de ses figures .

Dans les rôles respectifs de Gwizdo, le fourbe démissionaire et nerveux, et de Lian-Chu, l’armoire à glace sensible, Patrick Timsit et Vincent Lindon s’imposent d’une manière assez inattendue. Le personnage de Gwizdo, particulièrement, de par sa gestuelle saccadée et son vocabulaire très « popu », gagne très vite à ressembler à Timsit, à être Timsit… au fur et à mesure qu’avance l’épopée, la voix semble « prendre corps ». Du côté de Vincent Lindon, ce jeu d’identification, de conformité entre la figure animée et la voix l’incarnant n’est pas aussi évident. Dôté d’une physionomie, d’une carrure proche de celle de Jean Réno, Lian-Chu offre à l’acteur l’opportunité de jouer d’une tonalité très basse, très sobre, voisine de celle de son emploi de « guerrier », dans le film de Pierre Jolivet. Les duettistes animés sont ainsi, par le beau miracle de la synchronisation, comme les reflets d’une qualité de jeu particulière d’un comédien de chair et d’os.

Le sujet de Chasseurs de dragons est connu : la lutte du Bien (les chasseurs, l’adorable nièce du richissime Seigneur Arnold) contre le Mal (le Bouffe Monde, répugnante entité d’autant plus inquiétante qu’en régénération permanente). La seule faiblesse du film réside précisément dans le côté quelque peu attendu des péripéties, la dimension quelque peu « programmatique » de ces aventures (accessibilité par un large public oblige). Les personnages se déclarent  leur amour avec une facilité assez  déconcertante,  l’issue des querelles ne laisse généralement place à aucun doute, le manichéisme, bien qu’évité, guette à certains moments . Les amateurs d’histoires plus complexes, moins optimistes, risqueront sans doute de n’adhérer que moyennement à la dimension « affective » et sentimentale du récit : peut-être trop d’innocence pour être vrai… Mais le mérite des auteurs est justement d’avoir trouvé, dans l’exposition du côté obscur des forces mises en présence, l’occasion d’un travail vraiment singulier sur l’horreur progressive, d’une expérimentation souvent étonnante des diverses matérialisations d’un cauchemar, une fin de monde.

Belle œuvre, en définitive, que ce film. Ambitieuse sans être étouffante, drôle sans être exempte d’une émotion juste… La fin ouverte, regardant les héros s’éloigner vers un horizon meilleur, celui  d’un paradis enfin conquis , tout en tenant lieu de conclusion, semble promettre un possible suivi, de probables croisades à venir… En compagnie de pareille équipe, l’invitation reste séduisante.

Titre original : Chasseurs de dragons

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 120 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…