Select Page

Brooklyn

Article écrit par

Beau mélo vintage quoiqu´un brin académique.

Eilis Lacey a une vingtaine d’années, elle est irlandaise. Elle vit avec sa mère et sa soeur, qu’elle adore. Par une faveur familiale, elle échoue – quasi littéralement – à Brooklyn, qui dans les années cinquante n’est pas encore le berceau de la hipsterisation qu’on connaît aujourd’hui, plutôt un foyer d’adoption pour immigrés venus de toute l’Europe, quartier aussi charmant que rough. Elle habite un foyer pour femmes – très belles scènes de dîners sous l’égide de la patronne -, travaille dans un grand magasin type Macy’s, rencontre un jeune Italien dont elle tombe folle amoureuse – avant qu’un coup du sort ne la ramène en Irlande, la confronte à son passé et, peut-être, à la promesse d’une nouvelle vie en terrain connu.

La photographie est luxueuse et toute en demi-teintes sépias, les robes vintage à souhait, les humeurs exacerbées au possible : tout sent bon la ripoline, les atermoiements amoureux entre deux rives, l’impossibilté d’être soi ici et là-bas. Chaque chose semble à sa place, sentiments comme bibelots. Comment Brooklyn parvient-il, alors, à être si émouvant ? Peut-être parce qu’il y a quelque chose de l’ordre de la tectonique des plaques dans le film : Europe et Amérique semblent à la dérive, toujours à portée de main sans qu’Eilis ne les touche vraiment tout à fait, jeune femme qui fait le grand écart entre ses désirs de racines et ses aspirations à une vie plus grande. Saoirse Ronan – nommée à l’Oscar de la meilleure actrice – est ici superbe, tout en grands yeux humides au travers desquels passent doutes et nuages, incarnation idéale du “ni ici ni ailleurs”. Brooklyn est, à ce titre, proche des romans de Sebastian Barry – particulièrement le formidable Du côté de Canaan -, avec lequel il partage le goût de la fresque romanesque et des rebondissements placides. Qu’Eilis soit en adéquation avec sa terre d’accueil ou étrangère chez elle, elle touche sûrement, et saura un jour donner conseil à toutes les jeunes filles qui, comme elle, effectueront la traversée de l’Atlantique.

Titre original : Brooklyn

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 113 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.