Select Page

Bodyguard (1948) de Richard Fleischer en DVD

Article écrit par

Un film noir, certes dépourvu d’originalité mais dont, étrangement, le scénario opère avec efficacité du début jusqu’à la fin.

Même absent pendant les toutes premières minutes du film, on se rend déjà compte de l’importance du personnage de Mike Carter. L’homme, au chapeau élégamment vissé, ne tarde pas à faire son entrée remarquée dans les bureaux du commissariat pour être limogé. L’apparition initiale de Carter, désormais ex-flic, résume très vite le principal protagoniste. D’emblée, son caractère est posé : virilité et indépendance le définissent. Une bagarre explose entre l’ancien de la brigade criminelle et son collègue, avec de magnifiques gros plans sur les visages des deux rivaux aux dents serrées. Mais la femme ne sera pas exclue de l’aventure policière, au centre de laquelle se manigance un trafic louche dans l’abattoir d’une riche et vieille femme d’affaires. Gracile et apprêtée comme un modèle des magazines Elle ou Vogue, Doris, secrétaire et compagne de Carter, impose sa répartie dès le début du film. Une mission lui sera même confiée.

Le souci d’égalité homme / femme apparaît ainsi dans Bodyguard, où un couple tente de fureter à gauche et à droite pour faire éclater la vérité sur la mort d’un contrôleur sanitaire. Le duo, bien sapé et soigneusement coiffé, est attachant. Monsieur est en détresse et la future Madame Carter, fan des matchs de baseball, lui vient volontiers en aide comme si elle était son prolongement, un prolongement capable d’anticiper la pensée de l’autre. Entre recherche dans les dossiers de la police, transmission d’infos via des vinyles, office de chauffeur pour son fiancé, Doris est la femme idéale. Les coups de poings demeurent, sans surprise à la fin des 40’s, de la compétence de Carter qui reste le défenseur intègre et preux chevalier de la belle. Pas de robe froissée, ni de tête décoiffée par une quelconque empoignade pour la jeune femme. Néanmoins, s’affiche à l’écran une volonté d’approcher la parité. La collaboration des deux personnages possède ses charmes dans ce film au scénario certes efficace mais un peu trop lisse.

Tous les éléments du film noir sont présents. L’histoire est bien ficelée. À aucun moment l’attention ne se relâche et l’action est pleine de fluidité. Le fait que Carter soit poursuivi et contraint de se dérober tient en haleine de bout en bout mais, paradoxalement, le scénario est transparent. Les événements se déroulent de façon prévisible. Il manque à Bodyguard quelques extravagances, notamment du côté des personnages. Certains d’entre eux sont davantage des « types » que des protagonistes, comme Fred Dyson, le neveu de Gene Dyson, propriétaire de la boucherie. L’atmosphère aurait également pu être mieux développée. Le côté inquiétant de l’abattoir qui centralise morceaux de viandes sanglants, scies et autres objets tranchants n’est ici pas assez mis en valeur. Mais le film tient solidement la route, notamment grâce à des plans savoureux comme celui, cauchemardesque, du surgissement d’un train et celui de l’oeil éclairé, au sens littéral comme au sens figuré, de l’ex-policier.

Situé au début de la carrière de Fleischer, Bodyguard ne brille pas par son originalité, mais contient des perles du genre, dont la valeur aurait certainement explosé si la durée du film (environ une heure) avait été prolongée.

Titre original : Bodyguard

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 62 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?

Made In Bangladesh

Made In Bangladesh

Made in Bangladesh est un film en lutte, qui s’attaque à de nombreux sujets politiques, sociaux et économiques, mais avant tout profondément humains, et qui ne le fait pas sans une certaine finesse ni une certaine beauté.